skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Enquête Sur Les Pratiques D’élevage Des Veaux Laitiers Au Canada Impactant Le Bien-être Animal

Enquête sur les pratiques d’élevage des veaux laitiers au Canada impactant le bien-être animal

Dans un contexte, où l’intérêt de la société vis-à-vis du bien- être animal devient croissant, une étude a été menée au Canada afin d’étudier les pratiques d’élevage des veaux laitiers et d’identifier celles pouvant affecter négativement le bien-être des veaux. Dans ce but, les auteurs ont mené une enquête (sur la base d’une interview d’une heure) auprès de 115 éleveurs bovins laitiers de la province de Québec (53 vaches laitières en moyenne, niveau moyen de production de l’ordre de 8700 kg/VL/an). Tous les élevages étaient en système à l’attache. Le questionnaire abordait les pratiques d’élevage des veaux laitiers en les regroupant  sous 7 grandes catégories: gestion du vêlage et soins au nouveau-né, gestion du colostrum, séparation mère-veau, procédures douloureuses (mutilations type écornage ou exérèse de trayon surnuméraire), alimentation du veau, conduite du sevrage et logement du veau. Les réponses ont ensuite été décrites pour chaque catégorie et la distribution des réponses au sein de l’échantillon précisée.

Il en ressort les résultats principaux suivants :

  • Concernant le déroulement du vêlage et les soins au nouveau-né, plus de la moitié des éleveurs interrogés laissaient les vaches vêler à l’attache (51,3%) plutôt que de les emmener dans un box de vêlage; moins de 7,8% des éleveurs surveillaient les vêlages à l’aide d’une caméra et la plupart ne surveillaient les vaches qu’une seule fois entre la traite du soir et celle du lendemain matin. Le cordon ombilical n’était désinfecté que dans environ 37% des cas et les veaux n’étaient identifiés en moyenne qu’à l’âge de 3 jours.
  • Concernant la gestion du colostrum, 95% des éleveurs déclaraient donner le premier repas de colostrum dans les 6 heures suivant la naissance. Mais compte-tenu de la faible pression de surveillance des vêlages la nuit, cette réponse est sûrement peu fiable. 15% des éleveurs font reposer la prise colostrale uniquement sur la relation mère veau et aucun des éleveurs interrogés n’évaluait ni la qualité du colostrum, ni la qualité du transfert.
  • Concernant la séparation mère-veau, dans 73% des cas, cette séparation intervenait dans les 12 heures et dans 33% des cas dans les 2 heures.
  • Concernant les procédures douloureuses, l’écornage était pratiqué en moyenne à 6,4 semaines, avec 25% des leveurs le pratiquant au-delà de 3 mois (où la douleur est reconnue plus intense), dans 90% des cas avec cautérisation thermique. Une anesthésie est pratiquée dans 45% des élevages, une analgésie n’étant elle jamais réalisée. En cas d’exérèse de trayon, celle-ci était pratiquée dans 88% des cas par le vétérinaire, tardivement, vers 7 mois.
  • Concernant l’alimentation du veau, la pratique la plus répandue n’était pas l’alimentation ad libitum mais une restriction des quantités de lait distribuées (par exemple, 4 litres par jour en 2 repas la première semaine) et près d’un éleveur sur 2 distribuait du lait mammiteux ou du lait issu du temps d’’attente de traitements mammites.
  • Concernant le sevrage, un sevrage brutal était pratiqué dans 17% des cas, en moyenne à 7 semaines, le moment étant plus dicté par l’âge (2 cas sur 3) que par la capacité d’ingestion de solides (44% des cas uniquement).
  • Concernant le logement des veaux, 88% élèvent les veaux en case ou niche individuelle (permis en Amérique du Nord) et des logements inadaptés persistent (attache dans 14% des cas, attache contre un mur dans 6% des cas).

En conclusion

Il ressort dans les conditions de cette étude que tous les secteurs investigués, selon les élevages, pouvaient présenter des défauts. Les conditions de surveillance du vêlage, les soins aux veaux, notamment le contrôle de la buvée colostrale, une meilleure analgésie lors de procédures douloureuses et les conditions de logement ressortaient fréquemment comme des pratiques améliorables. Une telle description des pratiques est la première étape vers un process d’amélioration et d’accompagnement des changements de pratiques des éleveurs.

Référence:

Résumé Article “A survey of dairy calf management practices in Canada that affect animal welfare.”

Vasseur E., Borderas F., Cue R.I., Lefebvre D., Pellerin D., Rushen J., Wade K.M., de Passillé A.M.

Journal of Dairy Science, 2010, (93) :1307-1315.

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top