skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Intervalles Inter-œstrus Et Inter-inséminations: Relations Avec La Fertilité.

Intervalles inter-œstrus et inter-inséminations: relations avec la fertilité.

Le cycle œstral est la période régulière et répétée entre 2 chaleurs : il dure en moyenne 21 jours (18 à 24). L’intervalle inter-œstrus est la période entre 2 épisodes d’œstrus. L’intervalle inter-inséminations est un paramètre lié au précédent, à savoir la période entre des inséminations artificielles (IA) consécutives. En moyenne, l’intervalle inter-IA est significativement plus long en valeur moyenne « modale » (22 jours) que l’intervalle inter-œstrus.

Il est nécessaire de comprendre les évolutions qui ont eu lieu en termes de management de la reproduction et du cycle de la vache laitière pour inverser la tendance à la baisse constante de la fertilité.

Objectif et contexte de l’étude

L’objectif de cette étude est double :

  1. Décrire les intervalles inter-œstrus et inter-IA dans des élevages laitiers commerciaux afin de les comparer aux normes précédemment établies.
  2. Evaluer les associations possibles entre ces intervalles et la fertilité des vaches laitières.

La présente étude a concerné 16 troupeaux du Nord-Ouest du Royaume-Uni, de grande taille (250 à 450 vaches laitières), avec une production laitière de 8.500 à 10.500 litres de lait (sur une lactation moyenne de 305 jours). La méthode de détection des chaleurs utilisait un marqueur (craie de couleur), appliqué quotidiennement au niveau du sacrum et de la partie antérieure de la queue. Les comportements d’œstrus étaient enregistrés dès le vêlage.

L’insémination (stratégie d’une seule IA par jour) était effectuée lorsque plus de 50 % du marquage à la craie était effacé. Les intervalles inter-œstrus étaient définis comme les périodes entre 2 œstrus séparés de 11 à 31 jours. Les intervalles inter-IA correspondaient aux périodes entre deux œstrus séparés de 11 à 31 jours avec une IA pratiquée à la fois lors du premier et du second œstrus.

Résultats de l’étude intervalles inter-œstrus et inter-inséminations

Les principaux résultats de cette étude sont les suivants :

  • Au total 6.092 vaches ont été incluses dans l’étude, pour 26.980 œstrus enregistrés, dont 89,1 % ont été suivis d’une IA. Le taux de réussite à l’IA s’est élevé à 28 % pour une moyenne de 3,55 inséminations par gestation.
  • Les intervalles inter-œstrus étaient significativement plus courts que les intervalles inter-inséminations : les intervalles moyens estimés étaient en effet de 21 et 22 jours, respectivement pour les intervalles inter-œstrus et inter-IA ; les intervalles entre IA de 25-31 jours sont plus fréquents que ceux compris entre 11 et 17 jours.
  • La longueur des intervalles était positivement corrélée au stade de lactation, avec une augmentation de 0,5 jour pour chaque accroissement de 31 jours du stade post-partum.
  • Les intervalles augmentent aussi significativement avec la parité (numéro de lactation) et diminuent en revanche avec le nombre d’intervalles durant la même lactation. En revanche, il n’a pas été observé d’influence de l’élevage et de la saison.
  • La durée des intervalles influe significativement sur les chances de gestation, donc sur la fertilité. Ainsi le taux de gestation est significativement moindre pour des intervalles de 11 à 19 jours en comparaison à des intervalles de 20-22, 23-24 et 25-31 jours. Les plus grandes « chances » de gestation sont associées à des intervalles de 20 à 24 jours.
  • Enfin les multipares avaient 24 % de « chances » en moins de devenir gestantes par rapport aux primipares.
  • La réalisation d’une IA peut exercer un effet sur la durée de l’intervalle inter-œstrus suivant pour les vaches non gestantes.

Conclusion de l’étude

En conclusion, cette étude suggère de distinguer (et donc en pratique d’enregistrer) les intervalles inter-œstrus et inter-inséminations. Ces intervalles sont significativement influencés par la parité, le stade de lactation et le nombre d’intervalles dans la même lactation. La longueur de l’intervalle inter-IA est associée significativement avec la probabilité ultérieure d’une gestation, les meilleures fertilités étant observées pour un intervalle de 20 à 24 jours.

Résumé Publication “A description of interestrus and interservice intervals and associated fertility in 16 United Kingdom dairy herds.”

Greenham T., Oikonomou G., Grove-White D.H.

Journal of Dairy Science. 2018. 102 : 824-832.

R-AD-FR-NON-190700032

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top