skip to Main Content

L’objectif de cette étude menée en Australie était d’évaluer l’intérêt d’une désinfection systématique des trayons avant la traite (plus séchage) dans des troupeaux conduits 100% au pâturage.

Dans ce but, les auteurs ont d’abord fixé l’efficacité attendue de la modification de pratiques. Pour les auteurs, l’investissement financier et en temps à passer à un pré-trempage systématique ne pouvait se justifier que si l’efficacité observée permettait de réduire d’au moins 50% l’incidence des mammites cliniques dans un élevage de 500 vaches ayant un taux basal de 8 cas de mammites cliniques pour 100 vaches et par mois.

Les auteurs ont alors recruté 5 troupeaux commerciaux (nombre de vêlages annuels compris  entre 373 et 717, production laitière moyenne de 19,9 à 33,8 l/vache/jour). Au sein de chaque troupeau, chaque vache, sur une durée de 60 jours, était répartie aléatoirement dans un groupe (absence de prétrempage = groupe témoin) ou un autre (prétrempage systématique = groupe traité). La mise en place de l’étude ne commençait dans chaque élevage qu’après le pic saisonnier de vêlages.

L’incidence d’infections intra-mammaires a été calculée en considérant le nombre de vaches saines en lactation (concentration en cellules somatiques – CCS – inférieure à 250 000 cell/mL), présentant au cours du suivi un cas de mammite clinique ou une CCS supérieure à 250 000 cell/mL. Lors de mammite clinique, un échantillon aseptique était collecté en vue de réaliser une bactériologie.

L’ensemble des vaches bénéficiait d’une désinfection post-traite, par sprayage, soit avec le même désinfectant que celui utilisé en prétrempage dans l’exploitation, soit avec un iodophore enregistré en tant que désinfectant post-traite.

Au final, les principaux résultats furent les suivants :

  • 1110 et 1104 vaches ont finalement été recrutées respectivement dans le groupe traitement ou contrôle.
  • Au final, 98 vaches parmi le groupe traité et 97 vaches parmi le groupe témoin ont été atteintes de mammite clinique durant le suivi.
  • Globalement, l’incidence de mammites cliniques était similaire entre les vaches des 2 groupes traités, de même que les CCS ou les paramètres de production laitière.
  • Cependant, les taux d’incidence de mammites cliniques étaient très différents entre troupeaux (de 1,7 à 38 cas de mammites cliniques pour 100 vaches à risque par mois). Les incidences étaient similaires pour les vaches des 2 groupes (prétrempage ou non) dans 4 troupeaux sur 5. Mais, dans un troupeau, une différence a été observée, significative, entre le groupe traité (incidence de mammites cliniques de 10,1%) et le groupe contrôle (29,5%).
  • L’interaction ente l’effet du traitement et l’élevage était presque significative (P = 0,068), confirmant que l’effet potentiel de la pratique de prétrempage est très dépendante du troupeau.
  • La propreté des trayons était de plus bien meilleure en moyenne dans chaque troupeau par rapport aux années précédente, les auteurs supposant ainsi que le risque de mammites cliniques était moindre lors de l’année de l‘étude et ne permettait peut être pas de mettre en évidence l’effet positif du pré-trempage.

En conclusion

Il ressort dans les conditions de cette étude, dans laquelle la désinfection post traite était systématiquement réalisée sur les vaches laitières, que la pratique du prétrempage sur des animaux conduits exclusivement au pâturage n’a pas permis de réduire le risque de mammites cliniques d’au moins 50%, notamment dans des élevages ou des périodes où les trayons sont propres, secs et dans des situations de prévalence faible ou modérée. Toutefois, les auteurs suggèrent que cette pratique pourrait être favorable dans des situations où l’hygiène basale et où la prévalence des infections intra-mammaires sont plus mauvaises.

Référence :

Résumé Article “Premilking teat disinfection: Is it worthwhile in pasture grazed dairy herds?”

Morton J.M., Penry J.F., Malmo J., Mein G.A.

Journal of Dairy Science, 2014, 97 :7525-7537.

Quelle est l’efficacité d’un prétrempage pour les vaches laitières en système pâturage exclusif ?

L’objectif de cette étude menée en Australie était d’évaluer l’intérêt d’une désinfection systématique des trayons avant la traite (plus séchage) dans des troupeaux conduits 100% au pâturage.

Dans ce but, les auteurs ont d’abord fixé l’efficacité attendue de la modification de pratiques. Pour les auteurs, l’investissement financier et en temps à passer à un pré-trempage systématique ne pouvait se justifier que si l’efficacité observée permettait de réduire d’au moins 50% l’incidence des mammites cliniques dans un élevage de 500 vaches ayant un taux basal de 8 cas de mammites cliniques pour 100 vaches et par mois.

Les auteurs ont alors recruté 5 troupeaux commerciaux (nombre de vêlages annuels compris  entre 373 et 717, production laitière moyenne de 19,9 à 33,8 l/vache/jour). Au sein de chaque troupeau, chaque vache, sur une durée de 60 jours, était répartie aléatoirement dans un groupe (absence de prétrempage = groupe témoin) ou un autre (prétrempage systématique = groupe traité). La mise en place de l’étude ne commençait dans chaque élevage qu’après le pic saisonnier de vêlages.

L’incidence d’infections intra-mammaires a été calculée en considérant le nombre de vaches saines en lactation (concentration en cellules somatiques – CCS – inférieure à 250 000 cell/mL), présentant au cours du suivi un cas de mammite clinique ou une CCS supérieure à 250 000 cell/mL. Lors de mammite clinique, un échantillon aseptique était collecté en vue de réaliser une bactériologie.

L’ensemble des vaches bénéficiait d’une désinfection post-traite, par sprayage, soit avec le même désinfectant que celui utilisé en prétrempage dans l’exploitation, soit avec un iodophore enregistré en tant que désinfectant post-traite.

Au final, les principaux résultats furent les suivants :

  • 1110 et 1104 vaches ont finalement été recrutées respectivement dans le groupe traitement ou contrôle.
  • Au final, 98 vaches parmi le groupe traité et 97 vaches parmi le groupe témoin ont été atteintes de mammite clinique durant le suivi.
  • Globalement, l’incidence de mammites cliniques était similaire entre les vaches des 2 groupes traités, de même que les CCS ou les paramètres de production laitière.
  • Cependant, les taux d’incidence de mammites cliniques étaient très différents entre troupeaux (de 1,7 à 38 cas de mammites cliniques pour 100 vaches à risque par mois). Les incidences étaient similaires pour les vaches des 2 groupes (prétrempage ou non) dans 4 troupeaux sur 5. Mais, dans un troupeau, une différence a été observée, significative, entre le groupe traité (incidence de mammites cliniques de 10,1%) et le groupe contrôle (29,5%).
  • L’interaction ente l’effet du traitement et l’élevage était presque significative (P = 0,068), confirmant que l’effet potentiel de la pratique de prétrempage est très dépendante du troupeau.
  • La propreté des trayons était de plus bien meilleure en moyenne dans chaque troupeau par rapport aux années précédente, les auteurs supposant ainsi que le risque de mammites cliniques était moindre lors de l’année de l‘étude et ne permettait peut être pas de mettre en évidence l’effet positif du pré-trempage.

En conclusion

Il ressort dans les conditions de cette étude, dans laquelle la désinfection post traite était systématiquement réalisée sur les vaches laitières, que la pratique du prétrempage sur des animaux conduits exclusivement au pâturage n’a pas permis de réduire le risque de mammites cliniques d’au moins 50%, notamment dans des élevages ou des périodes où les trayons sont propres, secs et dans des situations de prévalence faible ou modérée. Toutefois, les auteurs suggèrent que cette pratique pourrait être favorable dans des situations où l’hygiène basale et où la prévalence des infections intra-mammaires sont plus mauvaises.

Référence :

Résumé Article “Premilking teat disinfection: Is it worthwhile in pasture grazed dairy herds?”

Morton J.M., Penry J.F., Malmo J., Mein G.A.

Journal of Dairy Science, 2014, 97 :7525-7537.

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top