skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Prévalence, Facteurs De Risques Et Effet Sur La Santé Mammaire Des Différentes Espèces De Staphylocoques Coagulase-négative (SCN) Au Vêlage

Prévalence, facteurs de risques et effet sur la santé mammaire des différentes espèces de staphylocoques coagulase-négative (SCN) au vêlage

Résumé Article “Intrammamary infection with coagulase-negative staphylococci at parturition: Species-specific prevalence, risk factors and effect on udder health.”
De Visscher A., Piepers S., Haesebrouck F., De Vliegher S.
J. Dairy Sci., 2015, (99) :6457-6469.

L’objectif de cette étude menée en Belgique était d’identifier la prévalence des différentes espèces de SCN lors du vêlage, et de préciser les facteurs de risques (à l’échelle troupeau, vache et quartier) spécifiques ainsi que leur impact sur la santé mammaire.

Dans ce but, les auteurs ont sélectionné 13 fermes flamandes. Au sein de chaque élevage, 12 animaux (soit génisses prêtes à vêler ou vaches taries) étaient sélectionnées au hasard. Au final, cela a conduit à recruter et suivre 53 génisses en fin de gestation et 103 vaches taries. Chaque animal faisait dans les 4 jours suivant son vêlage l’objet d’un prélèvement aseptique de lait. Les trayons étaient scorés (état, gerçure, éversion) et un écouvillon de l’apex était fait 14 jours avant le vêlage pour juger d’une colonisation déjà présente. Les facteurs de risques à l’échelle du troupeau et de l’animal étaient récoltés par questionnaire.

Il en ressort les résultats principaux suivants :
34% des quartiers (n= 211/624) ont été identifiés comme infectés par au moins une espèce de SCN. 26% des quartiers (n=163) étaient infectés par une ou deux espèces.
• Parmi les différentes espèces, S. chromogenes était le plus fréquemment isolé (13% de tous les quartiers et 41% des isolats), devant S. sciuri (4 et 13%), S. cohnii (3 et 11%), S. equorum et S. xylosus (2 et 7%), et S. haemolyticus (1 et 5%).
• Dans chaque élevage, entre 3 et 9 différentes espèces ont été identifiées. La seule espèce isolée dans tous les élevages était S. chromogenes.
La majorité des génisses fraiches vêlées était infectées (74%) contre 46% des multipares. 37% des quartiers des génisses et 20 des quartiers des vaches étaient infectés par au moins une espèce de SCN.
• En termes de facteurs de risque, les quartiers des génisses avaient une plus grande probabilité d’être infectés (OR 3.9 [2.2-7.0]), de même que les quartiers avec une éversion de l’extrémité (OR 2.8 [1.4-5.9]) et les quartiers déjà colonisés par S .chromogenes avant vêlage (OR 3.3 [1.4-7.5]).
• Les quartiers infectés au vêlage avec une des 3 espèces les plus prévalentes de SCN avaient des concentrations en cellules somatiques (CCS) significativement plus élevées que les quartiers sains (respectivement 528 000 cell/mL et 240 000 cell/mL).

En conclusion

Il ressort dans les conditions de cette étude que S. chromogenes, S. sciuri et S. cohnii étaient les espèces de SCN les plus fréquentes. Seul, S. chromogenes a été isolé dans tous les élevages, pour lequel un réservoir mammaire semble se dégager, tandis qu’un réservoir environnemental semble être probable pour les autres espèces. L’état des trayons était un des facteurs de risque majeurs de la survenue d’infections mammaires. Les quartiers infectés au vêlage par S. chromogenes, S. sciuri ou S. cohnii avaient des CCS significativement plus élevées que les quartiers sains. Ces résultats sont conformes aux nombreuses études déjà menées sur l’effet des SCN sur la santé mammaire.

FR/ORUM/0916/0094

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top