skip to Main Content
picto-ruminants

PETITS RUMINANTS

La santé des petits ruminants est un enjeu pour notre pays, l’Europe et beaucoup de pays émergents. Nous élaborons des solutions de prévention et de traitement des pathologies spécifiques des ovins et des caprins. Chez MSD Santé Animale, nous partageons informations, compétences et outils afin d’améliorer la profitabilité des filières petits ruminants.

Le Rôle De L’environnement Dans La Transmission De Dichelobacter Nodosus Entre Les Brebis Et  Leurs Agneaux

Le rôle de l’environnement dans la transmission de Dichelobacter nodosus entre les brebis et leurs agneaux

Dichelobacter nodosus est responsable du piétin ovin.Une étude récente a été conduite en Grande-Bretagne pour évaluer si D. nodosus était détecté sur des agneaux nouveau-nés et les possibles voies de transmission. Une qPCR spécifique a été utilisée pour détecter D. nodosus  et quantifier la quantité de bactéries présentes sur des écouvillons prélevés au niveau de l’espace interdigité des agneaux à leur naissance et 5 à 13 heures de vie. De même, cette qPCR a été utilisée  sur des écouvillons prélevés au niveau de l’espace interdigité des mères dans les 5 à 13 h postpartum, ainsi que sur des prélèvements effectués sur la litière, dans la pâture et dans les fécès. La naissance des agneaux se faisait en bergerie, puis les mères et agneaux étaient ensuite isolés dans des cases.

D. nodosus  n’a pas été détecté sur les écouvillons prélevés au niveau de l’espace interdigité des agneaux à leur naissance mais l’a été sur les prélèvements réalisés sur ces mêmes agneaux, âgés alors entre 5 et 13 heures de vie. De nombreux génotypes de D. nodosus ont été identifiés au niveau des prélèvements réalisés sur animaux, révélant une grande diversité de souches tant chez les mères que chez les agneaux. D. nodosus est donc un « colonisateur » très précoce de l’espace interdigité des agneaux. La comparaison de souches isolées chez les agneaux et leurs mères respectives indique que certaines souches retrouvées chez les agneaux ne sont pas mises en évidence chez leurs mères. Les pieds des mères ne peuvent expliquer seuls la contamination des pieds des agneaux. La voie de transmission la plus probable est celle de l’environnement (contamination par la litière de bergerie, contenant D. nodosus, avant passage sur les cases individuelles).
Les auteurs soulignent l’importance des litières à base de paille contaminée avec D. nodosus dans la transmission de la bactérie aux agneaux nouveau-nés.

Résumé Article “The role of the environment in transmission of Dichelobacter nodosus between ewes and their lambs.”
Muzafar M. and al. Veterinary Microbiology, 2015, (179): 53-59.

GP/FR/ORUM/076/0072

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top