A lire : le rapport sur le développement agricole durable au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition du CIV

Le CIV (Centre d’Information sur les Viandes) vient de mettre en ligne le dernier rapport du groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (HLPE) sur le développement agricole durable au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition, y compris le rôle de l’élevage. Ce rapport qui fait suite à la demande du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) en octobre 2014 répond à un certain nombre de grandes questions notamment: quels rôle et orientation faut-il donner au développement agricole pour qu’il contribue pleinement à une offre durable d’aliments nutritifs? Que peut-on faire pour améliorer les résultats de nos systèmes alimentaires et agricoles sur le plan économique, social et environnemental ?…

Le rapport est téléchargeable à l’adresse suivante : http://www.civ-viande.org/2016/10/10/hlpe-securite-alimentaire-elevage/

Le CIV a également mis en ligne en septembre dernier le Rapport d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français. Ce rapport a été  rédigé par une commission d’enquête composée de 30 députés qui ont auditionné près d’une centaine de personnes dans l’objectif d’entendre l’ensemble des acteurs impliqués dans l’abattage des animaux. Plus de 300 pages de lecture pour se faire une idée de la situation des abattoirs français, situation dénoncée par des associations de protection animale en médiatisant les atteintes au bien-être animal.

Un rapport très complet qui dresse un état des lieux des abattoirs en France mais qui évoque aussi la sensibilité croissante des français au bien-être animal. « Les Français sont de plus en plus sensibles au bien-être des animaux d’élevage et ce à tous les stades de la filière, qu’il s’agisse de l’élevage, du transport mais aussi de l’abattage ». Ce rapport préconise toute une série de mesure pour améliorer encore plus la prise en compte du bien-être animal au niveau des abattoirs mais également celui des salariés. Les abattoirs n’ont pas à rougir puisque les conformités les plus graves n’ont concerné que 4% des chaines d’abattage contrôlées (19 chaines sur 460). Autant dire que le bien-être animal est déjà bien pris en compte dans nos abattoirs.

Le rapport est téléchargeable à l’adresse suivante : http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rap-enq/r4038-ti.pdf

Source : wwww.civ-viande.org

Ces articles pourraient aussi vous intéresser