Actualités scientifiques

Associations entre cryptosporidies et autres agents pathogènes dans les diarrhées du veau

Les agents pathogènes les plus fréquents à travers le monde, responsables de diarrhées des veaux nouveau-nés sont Cryptosporidium spp. (Crypto), le rotavirus bovin (BRV), le coronavirus bovin (BCoV) et Escherichia coli F5 (K99) entérotoxinogène (ETEC). Ces agents pathogènes entériques se manifestent fréquemment sous forme d’infections concomitantes chez les veaux, ceux-ci étant les plus sensibles aux infections par les cryptosporidies au cours des trois premières semaines de vie. Les cryptosporidies sont des agents pathogènes zoonotiques, à l’origine de diarrhées chez l’Homme, en particulier chez les enfants et les adultes immunodéprimés.

Cette revue publiée par des scientifiques autrichiens et danois est fondée sur une synthèse de quatre méta-analyses réalisées dans le but de calculer la prévalence moyenne mondiale de la cryptosporidiose et des infections concomitantes associées avec BRV, BCoV et ETEC chez les veaux jusque 30 jours d’âge, ainsi que leurs facteurs d’influence potentiels. La méta-analyse a incorporé 28 études (56 sous-études, c’est-à-dire qu’une étude peut être divisée en sous-études si, par exemple elle aborde la prévalence de l’infection pour différents types d’élevages bovins), conduites dans 17 pays, qui ont déterminé la présence ou l’absence d’infections concomitantes avec la cryptosporidiose dans la population des veaux. Environ la moitié des études présentées dans la publication ont été menées en Europe, indépendamment du type d’infections associées à la cryptosporidiose.

Les principales conclusions de cette revue sont listées ci-dessous.

Une distribution hétérogène des co-infections Crypto-autres pathogènes entre les différents pays étudiés

En Europe, la prévalence moyenne estimée la plus élevée de co-infection Crypto-BRV a été identifiée en Irlande (16,7 %), la prévalence moyenne estimée la plus forte d’infection concomitante Crypto-BCoV a été détectée au Royaume-Uni (4,3 %) et la prévalence moyenne estimée la plus élevée d’association Crypto-ETEC dans la bibliographie a été trouvée en Turquie (4,7 %).

Un effet « antagoniste » (effet d’inhibition ?)

Entre les 4 pathogènes entériques étudiés Crypto, BRV, BCoV et ETEC chez les veaux : la probabilité d’isoler BRV, BCoV et ETEC chez les veaux atteints de diarrhée était respectivement de 80, 70 et 60 % inférieure chez des veaux à Crypto en comparaison des veaux sans Crypto.

Une forte variabilité des données de prévalence entre les différentes études

Elle s’explique principalement par trois facteurs : d’abord la « région géographique », qui explique 11 à 24 % de cette variabilité ; ensuite le facteur « période », par exemple en ce qui concerne la prévalence des infections associées Crypto-BCoV ; enfin, la combinaison du « statut sanitaire des animaux prélevés » et des « méthodes de diagnostic », qui a influé sur la prévalence de toutes les infections concomitantes sauf celle de l’association Crypto-ETEC.

En conclusion, l’étude présentée ici constitue pour les auteurs la première méta-analyse mondiale concernant les infections concomitantes à la cryptosporidiose dans les diarrhées du veau du premier mois. Les résultats de l’étude ont souligné :

  • une distribution hétérogène des infections associées à la cryptosporidiose entre les différents pays,
  • un effet antagoniste entre BRV, BCoV, ETEC d’une part et Crypto d’autre part chez les veaux
  • une forte variabilité des prévalences entre les études, qui s’explique principalement par les facteurs d’influence « diagnostic », « état de santé des animaux prélevés », « période » et « région géographique ».

Résumé Publication “Cryptosporidium spp. Infections in Combination with Other Enteric Pathogens in the Global Calf Population”.

Conrady B, Brunauer M, Roch FF.

Animals, 2021, 11: 1786; https://doi.org/10.3390/ani11061786.

GP-FR-NON-220700049