Actualités scientifiques

Brèves de traite – février 2022

brèves-de-traite

tarissement TARISSEMENT : stratégie de traitement en période sèche et santé de la mamelle en début de lactation

Un traitement antibiotique au tarissement est efficace pour le contrôle des mammites. L’approche sélective doit être privilégiée pour lutter contre l’antibiorésistance. Une attention particulière doit être accordée aux vaches laitières à fort niveau de production au moment du tarissement et aux vaches à concentration élevée et persistante en cellules somatiques (CCS) du lait. Ce sont les conclusions d’une étude menée par des chercheurs de l’Université d’Helsinki (Finlande). Ils ont analysé une base de données nationale incluant 241 élevages laitiers et 7.461 vaches laitières multipares entre 2015 et 2017. Ces fermes pratiquaient le traitement antibiotique au tarissement, majoritairement de manière sélective à la vache. Les vaches les plus susceptibles d’avoir une CCS élevée en début de lactation étaient les vaches les plus âgées, celles qui avaient un niveau élevé de production laitière avant tarissement et les femelles qui avaient une CCS moyenne élevée lors de la précédente lactation. De même, un traitement en début de lactation était d’autant plus probable que les vaches avaient eu lors de la précédente lactation une CCS moyenne élevée, un fort pic de lactation et une production laitière élevée avant tarissement. Un traitement systématique au tarissement était significativement associé à une CCS plus basse en début de lactation. (Niemi et al, Preventive Veterinary Medicine, 2021, 188 : 105268 ; https://doi.org/10.1016/j.prevetmed.2021.105268).

 SANTE : prévalence du BoHV-1 en fonction de l’âge en troupeau laitier

Il existe un effet de l’âge des bovins dans la prévalence des anticorps dirigés contre l’herpesvirus bovin de type 1 (responsable de l’IBR) en élevage laitier, les animaux les plus âgés étant plus souvent séropositifs que les jeunes bovins.  L’objectif de cette étude réalisée dans 17 troupeaux laitiers irlandais entre 2010 et 2017 était de comprendre la dynamique de l’infection en termes de séroprévalence et en fonction de l’âge dans des élevages non vaccinés à vêlages saisonniers ; mais aussi de déterminer comment la mise en place d’une vaccination influe sur cette dynamique.

Sur les 15 élevages positifs, la prévalence moyenne était de 32 % (entre 1 et 96 %), avec une séropositivité faible chez les bovins âgés de moins de 2 ans (< 20 %), mais qui augmente chez les bovins de 2 à 5 ans (20-70 %). Trois profils d’élevage ont été distingués :

  1. séroprévalence très élevée sur toutes les catégories et âges de bovins (2 élevages) ;
  2. séroprévalence très faible pour tous les âges (7 troupeaux) ;
  3. séroprévalence évoluant brutalement de faible à élevée (en partant d’animaux âgés de 2 à 3 ans vers des bovins âgés de 5 à 6 ans).

La détection d’un épisode infectieux récent doit cibler les jeunes bovins, alors que la surveillance de la prévalence infectieuse intra-troupeau doit concerner surtout les animaux plus âgés. L’évaluation de l’impact de la vaccination dans l’un des élevages de l’étude a conduit à la mise en évidence d’un arrêt de la circulation du virus sauvage. (Brock et al, Veterinary Research, 2020, 51 : 124 ; https://doi.org/10.1186/s13567-020-00842-5).

PARASITISME : immunité et traitement de la gale psoroptique

Le développement de lésions cutanées induites par une infestation par Psoroptes ovis (gale psoroptique) chez des bovins est accompagné d’une forte réaction immunitaire chez l’hôte. Ces conséquences de la gale au niveau lésionnel et immunitaire sont réversibles, grâce à un traitement anti-inflammatoire. Ce sont les observations réalisées par des scientifiques de la Faculté Vétérinaire de Gand (Belgique). Une étude expérimentale d’infestation par l’agent de la gale psoroptique a été conduite sur des bovins issus de deux races : Holstein (lait) et Blanc Bleu Belge (viande). Des données cliniques, lésionnelles et immunologiques ont été relevées suite à cette infestation. Une très forte réaction immunitaire de type Th2, à base d’interleukines (IL-4 surtout) stimulant l’immunité humorale, a été relevée, de manière moins prononcée cependant chez les bovins de la race laitière (qui ont exprimé une plus forte réponse immunitaire cellulaire via les lymphocytes T). A été également observée une augmentation de la lignée blanche sanguine de type éosinophile, ceci 6 semaines après infestation, de manière plus prononcée pour la race à viande. Sur les bovins naturellement infestés, un traitement intramusculaire a permis de faire chuter significativement la réponse inflammatoire (éosinophiles), inflammatoire (lymphocytes T) et le développement des lésions de la peau. (Chen et al, Veterinary Research, 2021, 52 : 1 ; https://doi.org/10.1186/s13567-020-00874-x).

MAMMITES : bactériémie lors de mammites cliniques sévères

La détection de pathogènes dans le sang de vaches laitières atteintes de mammite clinique sévère a été faible (11,4 %) dans les conditions d’une étude de terrain réalisée en Allemagne.  C’est la conclusion des auteurs sur la base d’un suivi de 70 cas de mammite clinique sévère chez des vaches laitières issues de 2 élevages laitiers de Poméranie (taille de chaque troupeau : 1.000 à 1.200 vaches). Une bactériologie (avec mise en culture) sur lait de quartier et prélèvements de sang a été réalisée pour isoler les principaux agents pathogènes, suivie d’une recherche par PCR uniquement sur les échantillons sanguins. Pour 53 des 70 cas de mammite, une culture bactérienne sur prélèvements de lait de quartier s’est révélée positive, avec mise en évidence principalement de S. uberis (22), E. coli (12) et S. aureus (4). L’isolement de bactéries dans le sang a été très faible sur culture (1 cas positif sur 70 : 1,4 %). Le test PCR, réalisé sur 38 des 70 prélèvements sanguins, s’est révélé positif pour 11,4 % des cas de mammite, avec une prédominance pour S. uberis (8,6 % des cas) suivi des 2 autres bactéries précitées (1,4 % des cas chacune). Contrairement aux attentes des auteurs, cette étude n’a révélé qu’une faible présence de bactériémie chez des vaches laitières sévèrement atteintes de mammite clinique, mais elle devra être confirmée par des investigations sur un plus grand nombre d’animaux. (Brenneke et al, Animals, 2021, 11 : 410 ; https://doi.org/10.3390/ani11020410).

REPRODUCTION : prédiction des affections utérines post-partum

L’intensité de la fonction de phagocytose des leucocytes sanguins (évaluée 1 semaine avant vêlage), les concentrations sériques en acides gras non estérifiés et en haptoglobine peuvent être utilisées comme prédicteurs des affections utérines de la vache laitière en période post-partum (rétention placentaire, métrites). C’est la conclusion d’un scientifique américain (Université de Floride) qui a analysé les données provenant d’une base de 259 vaches laitières (races Holstein et Jersiaise) atteintes d’affections utérines après le vêlage (2 entités pathologiques étudiées : rétention placentaire, métrites). Les facteurs de risque des métrites mis en évidence dans cette étude ont été : le sexe du veau (mâle > femelle), une dystocie, l’intensité de la phagocytose par les leucocytes sanguins et celle de l’expression des antigènes CD18 et CD62L (facteurs favorisant l’adhérence des leucocytes aux cellules épithéliales), la concentration sanguine (mesurée par densité optique) en haptoglobine.  Le risque de rétention du placenta était diminué en l’absence de dystocie, lors d’une forte intensité de phagocytose (par les leucocytes sanguins) et de l’expression du facteur C62L, enfin avec une concentration sanguine basse en acides gras non estérifiés ou libres (AGNE). (Chebel, Preventive Veterinary Medicine, 2021, 187 : 105204 ; https://doi.org/10.1016/j.prevetmed.2020.105204).

TRAITE : transition vers une traite robotisée et évolution des CCS

La dégradation de la concentration du lait en cellules somatiques (CCS) est courante dans les élevages qui réalisent une transition entre traite conventionnelle et traite robotisée, dans les conditions de l’élevage laitier néerlandais.  Une étude observationnelle longitudinale a été réalisée par des scientifiques de la Faculté de Wageningen aux Pays-Bas, à partir de données d’élevages ayant évolué d’une méthode de traite conventionnelle vers l’utilisation de robots de traite, entre 2007 et 2019. Trois critères relatifs à la santé de la mamelle ont été évalués :  la proportion de vaches avec des valeurs de CCS ≥ 200.000 cellules/ml de lait, la proportion de vaches avec augmentation des CCS sur la période étudiée (entre 12 mois avant et 12 mois après le passage au robot de traite), les valeurs logarithmiques des CCS du lait de tank après correction par le niveau de production laitière. Les auteurs ont systématiquement observé une détérioration des CCS suite à la transition vers une traite robotisée, mais moins importante sur les dernières années étudiées en comparaison des observations réalisées au début de la période analysée. En conclusion, même de nos jours, il convient de prêter attention à la santé mammaire des vaches laitières lors de l’adoption d’un système de traite robotisée, sous peine d’observer une dégradation du critère CCS. (van den Borne et al, Journal of Dairy Science, 2020, 104 : 19589 ; https://doi.org/10.3168/jds.2020-19589).

LOCOMOTION : association entre état corporel, locomotion et activité quotidienne en périodes de tarissement et de début de lactation

Les problèmes locomoteurs des vaches laitières augmentent en incidence sur une période allant de la période sèche jusqu’aux premières semaines de lactation, avec des modifications comportementales (temps de couchage et d’alimentation) également plus importantes en début de lactation. Cette étude menée en collaboration par des scientifiques néerlandais et belges a inclus 784 vaches multipares provenant de 8 élevages laitiers des Pays-Bas. Les vaches étaient suivies en termes de boiteries (notes de 1 à 5 selon la gravité) et d’état corporel (score de 1 à 5 selon l’embonpoint). Des capteurs étaient implantés au niveau des pattes et de l’encolure des animaux pour évaluer leur activité de déplacement et d’alimentation. Le pourcentage de vaches saines (sans boiterie) a évolué de 63% en début de période sèche à 46% à 8 semaines de lactation ; cette aggravation des problèmes locomoteurs était plus prononcée chez les vaches à parité élevée. Les vaches qui ont vêlé à l’automne avaient les scores de boiterie les plus élevés. Une baisse de la notation d’état corporel (> 0,75 point) en début de lactation était associée à la présence de boiterie à 4 semaines post-partum. Les vaches à boiterie modérée ont eu une réduction des temps de repas quotidiens d’environ 20 minutes, versus 40 minutes pour les animaux les plus atteints au niveau locomoteur. Le temps de couchage quotidien a augmenté de 26 minutes et la durée des épisodes de couchage a augmenté de 8 minutes chez les vaches sévèrement atteintes de boiterie par rapport aux vaches saines. (Hut et al, Journal of Dairy Science, 2021 ; https://doi.org/10.3168/jds.2020-19200).

nutrition NUTRITION : stratégie alimentaire en début de lactation et performances

Une stratégie alimentaire basée sur la distribution à volonté d’une ration mixte globale (ensilages de maïs et d’herbe + concentré) dans le premier mois de lactation à des vaches laitières élevées en système basé sur le pâturage a des effets positifs sur la production laitière, le statut métabolique et l’état corporel.  Les auteurs de l’Université de Dublin (Irlande) ont comparé deux stratégies alimentaires différentes sur 60 vaches laitières Holstein dans les 30 premiers jours de lactation : ❶un régime de pâture (ray-grass anglais) additionné de 2,64 kg (en Matière Sèche) de concentré par vache et par jour ; ❷ une alimentation en bâtiment à l’aide d’une ration mixte globale (21 kg en MS par vache et par jour) à base essentiellement d’ensilages de maïs et d’herbe, de pulpes de betteraves et de concentré. Puis les vaches ont reçu la même alimentation (régime ❶) jusqu’à 100 jours de lactation. Sur la période globale de l’étude, les vaches ayant la stratégie ❷ avaient des rendements plus élevés en matière utile et en lactose dans le lait. Dans ce même groupe ❷, il a été observé une réduction des concentrations sanguines en acides gras non estérifiés (AGNE) et β-hydroxybutyrate (BHB) par rapport au groupe ❶. La perte d’état corporel était plus faible également chez les vaches du groupe ❷ entre le vêlage et 60 jours post-partum. Aucun régime alimentaire n’a différé quant à l’impact sur la sphère utérine. (Brady et al, Journal of Dairy Science, 2020, 104 : 19329 ; https://doi.org/10.3168/jds.2020-19329).

GENISSE : relation entre distance anogénitale et fertilité

Cette étude a montré que la distance anogénitale (DAG) avait une distribution normale et était très variable dans la population de génisses nullipares. De plus, une relation significative inverse entre la DAG et la fertilité a été mise en évidence dans cette même population. La distance anogénitale (DAG) est définie comme la distance entre le centre de l’anus et la base du clitoris. L’objectif de cette étude menée dans l’Ouest du Canada était de vérifier si une relation inverse entre DAG et fertilité, démontrée précédemment par certains auteurs chez les vaches en première et deuxième lactations, était vérifiée également chez des vaches nullipares (génisses). La base étudiée englobait près de 1.700 animaux de race Holstein provenant de 16 troupeaux laitiers canadiens. Les génisses avec une DAG courte ( nécessitaient moins d’IA pour une réussite de la fécondation (1,5 vs 1.7) que les génisses avec une DAG élevée (> 110 mm). En conséquence, les génisses avec une DAG courte ont été gestantes plus jeunes (448,4 contre 454,3 jours) et ont eu un taux de réussite à la première IA plus élevé que celles avec une DGA longue (58,3 versus 49,6%). De plus, les génisses avec une DGA élevée avaient une chance réduite (rapport de risque de 0,59) d’être gestantes avant 450 jours de vie par rapport à celles ayant une distance plus faible. (Carrelli et al, Journal of Dairy Science 2020, 104 : 19940 ; https://doi.org/10.3168/jds.2020-19940).

GP-FR-NON-220200033