Quelles sont les caractéristiques de logement et de pratiques d’élevage influençant des indicateurs de bien-être des vaches laitières ?

Résumé Article “Housing and management factors associated with indicators of dairy cattle welfare.” De Vries M., Bokkers E.A.M., van Reenen C.G., Engel B., van Schaik G., Dijkstra T., de Boer I.J.M. Preventive Veterinary Medicine, 2015, (118) :80-92.

L’objectif de cette étude menée aux Pays-Bas était d’identifier les facteurs liés au logement ainsi qu’aux pratiques d’élevage associés à certains indicateurs de bien-être animal, faisant partie de la liste d’indicateurs issus du Welfare Quality Protocol. Les indicateurs de bien-être investigués dans cette étude étaient:

  • La prévalence de boiteries (sur une échelle de 1 à 5: non boiteuses 1 et 2, boiteuses 3 à 5)
  • La présence de lésions (> 2cm) ou de gonflements (sur un côté pris au hasard, sur toute la surface latérale du bovin)
  • La prévalence de quartiers arrières souillés/sales
  • Enfin, la fréquence de déplacements au sein du troupeau.

Dans ce but, 7 investigateurs ont été dans 179 troupeaux hollandais sélectionnés pour représenter si possible une gamme large de niveaux de bien-être attendus. Les élevages étaient en stabulation libre en logettes (entre 22 et 211 vaches, avec une production moyenne de 25,9kg +/- 4.2 kg/vache/jour).

Un grand nombre de caractéristiques liées au logement et aux pratiques d’élevage à même d’influencer les indicateurs visés ont été récoltés.

Après une première étape d’analyse univariée, les auteurs ont ensuite mené une régression multivariée.

Il en ressort les résultats principaux suivants :

  • Les caractéristiques de logement et les pratiques d’élevages ayant un impact significatif au niveau statistique sur les critères de bien-être étudiés sont résumées dans les tableaux suivants.
  • Une quinzaine de facteurs ont ainsi été identifiés, ils représentent autant de pistes d’amélioration.

En conclusion, il ressort, dans les conditions de cette étude, que les boiteries, la présence de lésions et la propreté du train arrière étaient liées principalement à des facteurs associés à la qualité des surfaces de couchage et d’aire d’exercice, tandis que la fréquence des déplacements était très influencée par des facteurs liés à la limitation des ressources (eau par exemple). L’identification de ces facteurs permet d’entrevoir les pistes d’amélioration prioritaire en élevage, dans le domaine des boiteries notamment, et du confort des animaux.

GP/FR/ORUM/0417/0045

Ces articles pourraient aussi vous intéresser