La repro

Le stress thermique pénalise aussi la reproduction des élevages bovins en France !

Dans les pays chauds, le stress thermique constitue l’un des principaux facteurs explicatifs de la baisse de fertilité observée chez les vaches laitières. Son impact est particulièrement marqué chez les femelles fortes productrices dont la capacité à tolérer les plus fortes températures est amoindrie, en particulier du fait de leur ingestion supérieure. Le stress thermique

Lire la suite about Le stress thermique pénalise aussi la reproduction des élevages bovins en France !

Moins de 50% des vaches laitières fortes productrices en chaleurs entre 50 et 80 jours postpartum

L’intervalle entre le vêlage et la 1ère IA a considérablement augmenté chez la vache Holstein au cours des 10 dernières années. L’allongement de l’inactivité ovarienne post partum (anoestrus vrai, c’est-à-dire absence réelle de reprise de cyclicité) n’est pas le seul facteur animal expliquant l’augmentation du délai de mise à la reproduction. En effet, la reprise

Lire la suite about Moins de 50% des vaches laitières fortes productrices en chaleurs entre 50 et 80 jours postpartum

Les conséquences différées du déficit énergétique sur la reproduction

En post partum, le déficit énergétique prononcé peut altérer précocement les follicules ovariens en cours d’évolution, à un stade où ils acquièrent leur sensibilité à la FSH et à la LH. Ce phénomène communément appelé « marquage folliculaire » concernerait les follicules cavitaires en début d’évolution (= follicules antraux = follicules tertiaires). Au cours de la folliculogenèse,

Lire la suite about Les conséquences différées du déficit énergétique sur la reproduction

Pourquoi les VLHP sont-elles déficientes en progestérone ?

La progestéronémie des vaches laitières fortes productrices est réduite de 25% par rapport à celle des femelles à production moyenne (cf figure). Or la déficience progestéronique dans les premiers jours suivant la fécondation est associée à des pertes embryonnaires précoces. Ceci contribue à la moindre fertilité des VLHP. Ces plus faibles niveaux de progestérone s’expliquent

Lire la suite about Pourquoi les VLHP sont-elles déficientes en progestérone ?