Cétose subclinique et temps de rumination chez les vaches durant la période de transition

Résumé Article “Association of rumination time with subclinical ketosis in transition dairy cows.” Kaufman E.I., LeBlanc S.J., McBride B.W., Duffield T.F., DeVries T.J. Journal of Dairy Science, 2016, (99): 5604-5618.

L’objectif de cette étude menée au Canada était de décrire la relation éventuelle entre durée de rumination et cétose subclinique chez des vaches durant la période de transition (-3/+3 semaines autour du vêlage).

Pour ce faire, les auteurs ont mené leur étude dans 4 troupeaux commerciaux de la province d’Ontario. Un total de 339 vaches Prim’Holstein ont été monitorées pour leur rumination (107 primipares et 232 multipares) depuis 2-3 semaines avant la date prévue de vêlage jusque 4 semaines après vêlage. La rumination était enregistrée à l’aide d’un collier (HR-Tag, SCR, Israël).

Durant le suivi, l’acétonémie était mesurée 1 fois par semaine (mesure du bétahydroxybutyrate – BHB –, seuil de 1,2 mmol/L retenu pour définir une cétose sub-clinique). Les auteurs en plus de comparer les durées de rumination selon les niveaux de BHB, ont aussi comparé cela selon l’état sanitaire des animaux (troubles de santé ou non, avec ou sans cétose sub-clinique). Enfin, les facteurs de risque de cétose sub-clinique ont été évalués à l’aide de modèles statistiques multivariés.

Il en ressort les résultats principaux suivants :

  • Aucune différence de durée de rumination n’a été observée selon l’état d’acétonémie chez les primipares.
  • En revanche, les auteurs ont noté une différence significative chez les multipares (cf tableau) dans le sens d’une durée diminuée chez les vaches atteintes de cétose sub-clinique.
  • Les facteurs associés à une augmentation du risque de cétose sub-clinique ont été les suivants: production laitière élevée lors de lactation précédente, plus grande perte d’état corporel durant la période de transition, plus forte densité dans le bâtiment dans la semaine précédant le vêlage, baisse de la durée de rumination dans la semaine précédant le vêlage.
  • Les facteurs associés à une augmentation du risque de cétose sub-clinique associés à des maladies ont été les suivants: parité élevée, allongement de la période de période sèche, plus forte densité dans le bâtiment dans la semaine précédant le vêlage et une baisse de la rumination une semaine après vêlage.
Durée de rumination (mn/j) selon la période, la parité et le statut santé/cétose (en italique, gras et souligné sont indiquées les valeurs significativement différentes)

En conclusion, il ressort dans les conditions de cette étude que seules les vaches multipares avaient un temps de rumination diminué lorsqu’elles étaient atteintes de cétose sub-clinique (avec ou sans maladies associées). Le monitoring de la durée de rumination durant la période de transition pourrait ainsi permettre de mieux cibler/identifier/anticiper les vaches plus à risque de développer une cétose sub-clinique.

GP / FR/ORUM/0817/0082

Ces articles pourraient aussi vous intéresser