Collecte européenne : déterminante sur les prix au printemps

Après s’être progressivement redressée, la collecte européenne est à présent très dynamique : +4,8% /2016 sur le 4ème trimestre et encore +3,9% en décembre. Elle affiche un volume record fin 2017 et sur l’ensemble de l’année, elle atteint 155,25 millions t soit 3,1 millions de plus qu’en 2016 (+2,1%).

Si la reprise de collecte est intervenue plus tardivement dans certains états comme la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, elle est dorénavant bien installée dans l’ensemble des grands pays laitiers à l’exception des Pays-Bas, contraints de limiter les déjections de phosphates après deux années de dépassement de leur plafond réglementaire. Le dynamisme devrait se poursuivre cet hiver et pourrait redoubler au printemps lors du pic saisonnier.

Or, depuis la fin des quotas, l’UE est le bassin laitier où l’ampleur des variations et les volumes supplémentaires de production sont les plus importants. Elle a un rôle central dans l’évolution de l’offre mondiale et le niveau de la collecte européenne au printemps sera déterminant sur l’équilibre offre/demande et par conséquent sur les prix du lait courant 2018.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser