Collecte française : hausse saisonnière très prononcée depuis mars 2017

Encore très ralentie en janvier (-6% /2016 en 1ère semaine), la collecte mensuelle a retrouvé début avril son niveau de 2016, d’après nos estimations basées sur les sondages hebdomadaires de FranceAgriMer. Estimée à 2,2 millions de tonnes de lait en mars, la collecte mensuelle n’était alors plus que 1% sous son niveau de 2016 (-1,6% /2015).

La forte hausse saisonnière de la collecte française repose pour une part sur des conditions fourragères optimales et pour une autre sur un cheptel laitier national plutôt bien ajusté et rajeuni. Au 1er mars, le cheptel national de vaches laitières se situait 0,5% sous celui de 2016 à pareille époque.

En mars, la douceur climatique exceptionnelle sur tout l’Hexagone, et la pluviométrie très généreuse ont permis une pousse précoce et abondante des prairies. Les éleveurs ont pu mettre à l’herbe très tôt leur troupeau, réduire la distribution d’aliments concentrés et ainsi produire du lait en abondance à moindre coût.

La reprise saisonnière de la production laitière est très forte dans le Grand Ouest où le cheptel est plus étoffé (+0,7%), mais aussi en Normandie avec un cheptel stable. Elle est en revanche modeste dans le Grand Est, malgré un cheptel important (+0,6%), et en Auvergne-Rhône-Alpes où les effectifs baissent significativement (-0,6%). Plus préoccupant: la production laitière poursuit son déclin en Nouvelle-Aquitaine où le cheptel régional a décroché de 4% en un an.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser