picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Collecte Française: Poursuite De La Croissance En Fin D’année

Collecte française: poursuite de la croissance en fin d’année

Après avoir été affectée durant l’été par la sécheresse qui a sévi sur une bonne partie de l’Hexagone, la production laitière progresse de nouveau et le rythme de croissance est passé de +1,0% en septembre à +1,4% en octobre, puis +1,7% en novembre d’après les sondages hebdomadaires FranceAgriMer. A un tel rythme, elle pourrait progresser de +1,6% d’un automne à l’autre. L’automne, doux et très humide, a été plus propice qu’en 2018 à la repousse de l’herbe en arrière-saison. La production laitière a notamment retrouvé de la vigueur en Pays de la Loire et dans les Hauts de France où l’été avait été particulièrement chaud et sec. Cumulée sur 9 mois, elle est demeurée croissante dans le Grand Ouest, en Normandie et dans les Hauts de France. En revanche, elle a fortement baissé dans les bassins d’Auvergne-Limousin et de Charente-Poitou (-4% /2018).

En somme, malgré la reprise de la collecte automnale (+1,7%), la collecte annuelle devrait à peine égaler le bas niveau de l’an dernier (-0,1% /2018), selon nos estimations.

La production laitière a repris malgré un cheptel laitier réduit. D’un côté, les entrées de génisses en 1ère lactation sont exceptionnellement faibles depuis juillet, inférieures de 8 à 10%, par rapport à 2018 selon les mois, à l’effectif déjà faible de l’an dernier. De l’autre, les réformes laitières sont presque normales (-1 à -2% /2018 en septembre et octobre). En somme, le cheptel national connait une hausse saisonnière limitée (+35 000 têtes en 3 mois, contre +60 000 têtes en 2018 et +73 000 têtes en 2017). Soit une chute de 57 000 têtes en un an, à 3,659 millions de vaches laitières au 1er novembre 2019 (-1,5% /2018).

GP-R-FR-NON-191200039

PARTAGER CE CONTENU :