Collecte française: poursuite de la croissance en fin d’année

Après avoir été affectée durant l’été par la sécheresse qui a sévi sur une bonne partie de l’Hexagone, la production laitière progresse de nouveau et le rythme de croissance est passé de +1,0% en septembre à +1,4% en octobre, puis +1,7% en novembre d’après les sondages hebdomadaires FranceAgriMer. À un tel rythme, elle pourrait progresser de +1,6% d’un automne à l’autre. L’automne, doux et très humide, a été plus propice qu’en 2018 à la repousse de l’herbe en arrière-saison. La production laitière a notamment retrouvé de la vigueur en Pays de la Loire et dans les Hauts de France où l’été avait été particulièrement chaud et sec. Cumulée sur 9 mois, elle est demeurée croissante dans le Grand Ouest, en Normandie et dans les Hauts de France. En revanche, elle a fortement baissé dans les bassins d’Auvergne-Limousin et de Charente-Poitou (-4% /2018).

En somme, malgré la reprise de la collecte automnale (+1,7%), la collecte annuelle devrait à peine égaler le bas niveau de l’an dernier (-0,1% /2018), selon nos estimations.

La production laitière a repris malgré un cheptel laitier réduit. D’un côté, les entrées de génisses en 1ère lactation sont exceptionnellement faibles depuis juillet, inférieures de 8 à 10%, par rapport à 2018 selon les mois, à l’effectif déjà faible de l’an dernier. De l’autre, les réformes laitières sont presque normales (-1 à -2% /2018 en septembre et octobre). En somme, le cheptel national connait une hausse saisonnière limitée (+35 000 têtes en 3 mois, contre +60 000 têtes en 2018 et +73 000 têtes en 2017). Soit une chute de 57 000 têtes en un an, à 3,659 millions de vaches laitières au 1er novembre 2019 (-1,5% /2018).

GP-R-FR-NON-191200039

Ces articles pourraient aussi vous intéresser