Consommation des produits carnés en France en 2019

Les français ont consommé moins de viande en 2019. La consommation a baissé de 1 % par rapport à 2018 passant ainsi de 87,1 kg/habitant à 86,2 kg/habitant. Cette baisse globale cache néanmoins des disparités. La viande de volaille, et surtout la viande de poulet, a toujours la côte. Sa consommation a augmenté de 2%, alors que celle de viande bovine a chuté de 1.3%. Sur les dix dernières années, la consommation de viande bovine a baissé en moyenne de 0,6 % par an.

Une partie de cette viande bovine consommée en France provient d’importations. En 2019, ces importations, en progression de 1.5% et issues à 97 % de l’Union européenne, ont couvert 22% de la consommation et ont essentiellement été destinées à la restauration hors domicile.

Les modes de consommation évoluent également. Sur l’année civile 2019, comparée à 2018, les achats de viande par les ménages pour leur consommation à domicile se contractent pour la cinquième année consécutive dans un contexte de hausse globale des prix et de changement des habitudes alimentaires vers un régime moins carné à domicile.

Toutes les catégories de viande bovine sont impactées par la baisse des achats des ménages : – 4,9 % pour les viandes bovines à bouillir ou à braiser et -3,0 % pour les pièces à rôtir ou griller.

Au total, les achats de viande bovine fraîche par les ménages diminuent de 3,1 %, ce qui entraîne des déséquilibres de valorisation des carcasses. Ceux-ci expliquent en partie la hausse du prix de la viande bovine fraîche en 2019. Cette tendance de diminution de la consommation s’observe aussi pour les viandes vitelline (-5,9 %), ovine (- 6,9 %) et porcine (- 5,8 %).

Source France Agrimer

GP-R-FR-NON-201100026

Ces articles pourraient aussi vous intéresser