picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Consommation Des Produits Laitiers : En Baisse Mais Des Dépenses Croissantes

Consommation des produits laitiers : en baisse mais des dépenses croissantes

Au 1er semestre, Les ménages français ont consommé moins de produits laitiers (-2% /2017), mais ont dépensé davantage (+2%) d’après la société IRI qui mesure les ventes par la grande distribution (hard discount et drive compris).

Les ventes de laits conditionnés demeurent déprimées. Elles ont chuté de 3% en volume, mais ont été stables en valeur grâce à la hausse des prix au détail (+3%). Le succès des laits spécifiques et des laits « bio » ne comble pas, loin s’en faut, le déclin des laits standard longue conservation (71% des volumes commercialisés). Les ventes d’ultra-frais déclinent toujours en volume (-3%) mais aussi en valeur (-1%), la hausse des tarifs étant faible. Les desserts lactés (-4,4% en volume) sont les plus impactés devant les yaourts (-3,2%) et les fromages frais (-2,7%).

La forte hausse du prix du beurre au détail (+17% /2017) a sensiblement affecté l’appétit des ménages (-3% en volume), qui ont toutefois dépensé beaucoup plus (+15% /2017). En revanche, les ventes de crème, stables en volume, paraissent peu sensibles à la hausse des tarifs (+5% /2017).

Enfin, les ventes de fromages dans les rayons libre-service ont été globalement stables en volume, mais ont progressé de 3% en valeur. D’un côté, les ménages achètent toujours plus de de pâtes pressées,  non cuites type raclette, et cuites (Comté) dont les volumes vendus en libre-service ont progressé respectivement de 3% et 1% au 1er semestre 2018. De l’autre, les ménages délaissent les pâtes molles et les pâtes persillées dont les volumes vendus ont reculé de 3,4% et 3,5% sur la même période. Enfin, les volumes vendus de fromages fondus ont sensiblement progressé (+0,7%).