Actualités scientifiques

Contamination par le BVDV d’un élevage laitier et impact sur la production laitière

L’introduction du virus de la BVD (Bovine Viral Disease Virus = BVDV) dans un élevage laitier a des effets majeurs sur la santé des bovins : fièvre, pneumonie, retard de croissance, immunosuppression, troubles reproducteurs. Ces signes cliniques participent à une réduction de la production laitière, ce qui entraine des pertes économiques à l’échelle du troupeau. La clé pour déterminer le moment d’introduction du virus en élevage est constituée par la recherche des conditions de transmission.

impact production laitière

La bibliographie existante sur les pertes potentielles de production de lait est basée sur des données anciennes et évalue rarement ces pertes associées à une nouvelle infection à BVDV dans le cadre d’un système réglementé de surveillance sanitaire.

Des scientifiques néerlandais (Universités de Wageningen et Utrecht, Institut de Santé Animale de Deventer) ont étudié les pertes de lait trimestrielles et annuelles dues à l’introduction du virus de la BVD à partir d’une base de 3.126 élevages laitiers adhérents au programme néerlandais « indemne de BVDV » entre 2007 et 2017. Dans ce programme, le suivi envisage des sérologies BVD tous les 6 mois sur 5 jeunes bovins âgés de 8 à 12 mois, ainsi que la recherche de virus BVD sur tous les veaux nouveau-nés. Parmi les troupeaux suivis, 640 avaient perdu leur statut indemne pendant cette période et 2.486 avaient obtenu puis conservé ce même statut indemne durant les 10 années étudiées. Les pertes de production laitière avant et après l’introduction du BVDV étaient comparées à l’aide de modèles linéaires sur des bases trimestrielles et annuelles.

Afin de définir la date d’introduction du virus dans l’élevage, quatre scénarios différents ont été appliqués : le scénario par défaut considérait la date de la perte du statut indemne comme la date d’introduction du virus dans le troupeau ; pour les trois autres scénarios, la date d’introduction du BVDV était établie respectivement 4, 6 et 9 mois avant la date de perte du statut indemne (basée sur la date de naissance du premier veau infecté permanent ou IPI).

Les principaux résultats sont les suivants :

  • Dans le cadre du scénario par défaut, la perte de production laitière due à l’introduction du BVDV est surtout observée durant la première année suivant la perte du statut indemne, à raison de 0.08 kg/vache/jour en comparaison de l’année précédant cette introduction du virus. Si l’on considère les pertes au niveau trimestriel, ceci sur les quatre premiers trimestres suivant l’introduction du virus, la réduction de production s’élevait respectivement à 0.14, 0.09, 0.02 et 0.08 kg/vache/jour. Ce qui signifie que l’impact le plus important arrive au premier trimestre suivant l’introduction du BVDV.
  • Pour les trois autres scénarios, la réduction la plus forte de production laitière a lieu la deuxième année après l’introduction du virus avec un niveau de pertes de lait respectivement de 0.09, 0.09 et 0.1 kg/vache/jour.
  • L’introduction du BVDV dans un troupeau laitier a certes un effet négatif sur la production laitière, mais relativement faible au final, dans le cadre d’élevages suivis dans un programme d’obtention de statut indemne de virus. Cependant, la fréquence relativement espacée des contrôles (diagnostic viral, production laitière), peut ne pas estimer exactement les réductions de production laitière dans les troupeaux.

En conclusion

L’introduction du virus de la BVD dans un élevage laitier a un effet négatif, mais en moyenne relativement faible, sur la production laitière de troupeaux participant au programme néerlandais de statut indemne de BVDV. Cet impact défavorable a été principalement observé pendant la première et la deuxième année, particulièrement sur le premier trimestre suivant la perte du statut indemne de BVDV.

Résumé Publication “The effect of bovine viral diarrhea virus introduction on milk production of Dutch dairy herds.”
Yue X, Steeneveld W, van der Voort M, van Schaik G, Vernooij JCM, van Duijn L et al.
Journal of Dairy Science, 2020, 104 : 2074-2086.

GP-FR-NON-211000011