skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Coûts De Production : Un Dossier De L’Institut De L’Elevage Fait Le Point

Coûts de production : un dossier de l’Institut de l’Elevage fait le point

Le Dossier Economie de l’Elevage « Coûts de production en élevages bovins, ovins et caprins » fait le point sur les méthodes de calcul de ces indicateurs, en détaille les usages, et les illustre avec les résultats des fermes des Réseaux INOSYS depuis 2010 pour les 5 productions : bovins lait, bovins viande, ovins viande, ovins lait, caprins.

L’Institut de l’Élevage a élaboré il y a plus de 10 ans, avec le concours des Chambres d’Agriculture et grâce à notre expérience commune d’animation des Réseaux d’élevage INOSYS, une méthode précise d’analyse des coûts des exploitations d’élevage au niveau de l’atelier. Celle-ci est désormais reconnue par la plupart des intervenants en France. Cette méthode est très proche de celle utilisée dans les comparaisons internationales des « systèmes d’élevages types » réalisées par les réseaux IFCN (pour le lait de vache) et Agribenchmark (pour les productions de viandes), dans lesquels l’Institut de l’Elevage est partie prenante.

La rémunération des éleveurs est un sujet d’une actualité brûlante, tout particulièrement depuis les États Généraux de l’Alimentation de 2017, la loi EGALIM et les Plans de filière négociés dans la foulée au sein des Interprofessions. Tous font référence à des indicateurs de prix de revient au niveau des exploitations, avec de nombreux débats sur l’échantillon des élevages utilisé pour calculer cet indicateur… Néanmoins, la méthode de calcul détaillée dans ce dossier a été unanimement adoptée.

Les différents chapitres de ce document montrent qu’au cours de cette dernière décennie, le niveau de rémunération, fixé à 2 SMIC bruts par convention, est rarement atteint par les éleveurs suivis dans les réseaux d’élevage, qui rappelons-le se situent pourtant dans le tiers supérieur des résultats de l’ensemble des exploitations d’élevage français. Cela reste un défi majeur pour la pérennité de l’élevage ruminant dans la plupart des régions françaises, à une période de rupture démographique.

GP-R-FR-NON-191000023

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top