Demande française : les cours des ingrédients laitiers toujours sous pression

La consommation de produits laitiers par les ménages est toujours globalement déprimée depuis le 2nd semestre 2015. Dans le détail, seules les ventes de matière grasse laitière (beurre et crème) progressent désormais timidement d’un automne à l’autre. Celles de fromages retrouvent quelques couleurs après avoir globalement stagné au 1er semestre 2015. L’univers des fromages connaît des évolutions toujours contrastées : déclin régulier des pâtes molles (-4% sur 12 mois glissants d’une année sur l’autre), léger retrait des pâtes persillées (-1%), stagnation des pâtes pressées cuites et des fondus et rebond des pâtes pressées non-cuites (+4%).

En revanche, les ventes  d’ultra-frais déclinent toujours malgré des prix au mieux stables au détail. L’univers des fromages frais est plus affecté que celui des yaourts et des desserts frais. Enfin, le marché des laits conditionnés ne cesse de se contracter, respectivement de 2% et 3% en volume sur trois mois et douze mois. Seuls les laits « bio » (+7% /2014), les délactosés (+14%), les aromatisés (+6%) et les laits de chèvre (+20%) progressent aux dépens des laits UHT standard (écrémés et ½ écrémés).

Ces articles pourraient aussi vous intéresser