skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Quel Est L’effet D’une Mammite Subclinique à Corynebacterium Spp Sur La Production Laitière Et La Composition Du Lait ?

Quel est l’effet d’une mammite subclinique à Corynebacterium spp sur la production laitière et la composition du lait ?

L’objectif de cette étude menée au Brésil était d’évaluer l’impact d’une infection intra-mammaire subclinique due à Corynebacterium spp sur la concentration en cellules somatiques (CCS), la production et la composition du lait, en comparaison au quartier controlatéral sain.

Dans cette optique, les auteurs ont prélevé du lait « composite » (issu de tous les quartiers mammaires) sur plus de 1200 vaches issues de 21 troupeaux. Lorsque l’on identifiait Corynebacterium spp dans un prélèvement, la vache concernée faisait l’objet d’un nouveau prélèvement dans les 15 jours, cette fois-ci à l’échelle du quartier. A cette occasion, la production laitière était mesurée et le lait de chaque quartier était analysé pour mesurer le taux cellulaire (CCS) et les composants du lait. Après l’isolement de Corynebacterium spp, l’identification d’espèce était pratiquée. Enfin, les résultats en terme de CCS, de production ou de composition du lait était décrits et comparés entre quartiers sains et quartiers infectés (Corynebacterium spp au sens large ou selon les espèces).

Il en ressort les résultats principaux suivants :

  • Sur les 1242 vaches prélevées, 285 ont fait l’objet d’un second prélèvement au quartier, du fait d’une infection subclinique à Corynebacterium spp.
  • Après culture et séquençage, 180 isolats ont été identifiés sur les 1140 prélèvements de quartiers.
  • C. bovis était l’espèce la plus fréquemment isolée (93% des cas). Seuls 8 isolats ont été identifiés comme « non bovis » (C. amycolatum, C. aquilae, C. auriscanis, C. casei, C. efficiens et C. xerosis).
  • Les quartiers infectés par Corynebacterium spp avaient une moyenne géométrique de CCS significativement plus élevée que les quartiers sains (197.900 vs 85.370 cell./mL), produisaient moins de lactose (45.50 vs 45.91 g/kg). Aucune autre différence n’était notée sur la production ou la composition du lait.
  • A l’échelle de l’espèce, les quartiers infectés par C. bovis avaient une CCS plus élevée (174.280 vs 87.770 cell./mL) en comparaison au quartier sain controlatéral et produisaient également moins de lactose. Sinon aucun autre effet significatif n’était observé.
  • Pour les espèces « non bovis » (sur seulement 11 quartiers), aucun effet significatif sur les CCS ou la production et la composition du lait n’était observé.

En conclusion

Il ressort, dans les conditions de cette étude, que la majorité des Corynebacterium isolés sont C. bovis. Ce dernier est à l’origine uniquement d’une augmentation des CCS et d’une baisse du lactose et des composants du lait hors matière grasse. Les autres espèces de Corynebacterium sont sans effet sur la production et la composition du lait en comparaison au quartier controlatéral.

Résumé Article “Effects of bovine subclinical mastitis caused by Corynebacterium spp. on somatic cell count, milk yield and composition by comparing contralateral quarters”
Gonçalves J.L., Tomazi T., Barreiro J.R., Beuron D.C., Arcari M.A., Lee S.H.I., de Magalhaes Rodrigues Martins C.M., Araujo Junior J.P., dos Santos M.V.
The Veterinary Journal. 2016. 209 : 87-92.

GP/FR/ORUM/1018/0059

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top