picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Épidémiologie Des Boiteries Des Vaches Laitières En Période Sèche

Épidémiologie des boiteries des vaches laitières en période sèche

Les boîteries sont des affections très souvent douloureuses qui affectent 20 à 55 % des vaches laitières élevées en stabulation sur le continent nord-américain. La plupart des publications ont étudié les facteurs de risque de ces affections locomotrices sur les vaches en période de lactation, sans aboutir à un consensus sur la phase la plus propice aux boiteries sur cette phase lactée. Très peu d’études ont été publiées quant à l’épidémiologie des problèmes locomoteurs en période de tarissement.

Cette étude canadienne avait un triple objectif :

  1. Mesurer l’incidence et le taux de guérison des boiteries en période sèche,
  2. Evaluer l’association entre les troubles locomoteurs en période sèche et ceux des premières semaines de la lactation suivante,
  3. Décrire les facteurs de risque associés à la survenue, la guérison et le passage à l’état chronique des boiteries en période sèche.

Un total de 455 vaches provenant de 6 élevages laitiers en stabulation libre a été inclus dans l’étude 9 semaines avant la date prévue de vêlage ; les scores de boiterie de ces animaux ont été notés chaque semaine en utilisant une échelle de 0 à 5 ; une vache était considérée comme « boiteuse » lors de 2 contrôles successifs avec un score de 3 ou lors de tout contrôle avec un score supérieur à 3, ceci jusqu’au vêlage. Ensuite, un sous-groupe de ces vaches a été suivi en démarrage de lactation à raison de 2 contrôles par mois afin de mesurer l’association entre boiteries en période de tarissement et en début de lactation. Les paramètres suivants ont été également enregistrés : l’état corporel (score de 1 à 5), la parité, la production de la lactation précédente et les interventions de parage.

Les principaux résultats de cette étude sont les suivants :

  • Incidence des boiteries : elle s’est élevée en période sèche (de l’inclusion jusqu’au vêlage) à 8,2 cas pour 100 vaches et par semaine, avec un taux de guérison de 7,1 cas selon la même échelle. A la fin de la phase de tarissement, 50 % des vaches saines au départ de l’étude avaient développé des troubles locomoteurs et 36 % des vaches boiteuses au début en avaient guéri. Pour la moitié des vaches avec lésions observées, l’origine était non infectieuse (hémorragies et ulcères de la sole, maladie de la ligne blanche, sole mince, …) ; pour l’autre moitié des vaches affectées, les lésions étaient considérées comme infectieuses (dermatites digitée et interdigitée, panaris).
  •  Association entre boiteries avant et après vêlage : les vaches boiteuses dans la semaine précédant le vêlage avaient plus de risques, par rapport aux autres vaches, de conserver ces troubles locomoteurs en semaines 2 et 8 après le part.
  • Effets d’un parage préventif avant le tarissement : les vaches primipares ayant fait l’objet de ce type de parage avaient moins de risques de développer des boiteries ultérieurement. Alors que l’inverse a été observé pour les vaches multipares (risque accru de boiterie ultérieure en cas de parage au tarissement) …
  • Boiteries chroniques : les vaches ayant des lésions non infectieuses du pied (dont hémorragies et ulcères de la sole, maladie de la ligne blanche, sole mince, …) avant tarissement et celles dont l’état corporel avant la période sèche était insuffisant (score inférieur à 3) avaient plus de risques de développer des boiteries chroniques pendant toute la période sèche.
  • Guérison des boiteries : les vaches primipares et les vaches à état corporel satisfaisant (note de 3 à 3,5) avaient plus de chances de guérir des lésions de boiterie en période sèche.

En conclusion, une incidence élevée de boiteries a été observée en période sèche lors de cette étude. Un parage préventif avant tarissement réduit les risques de développement des boiteries chez les vaches primipares, mais pas chez les multipares. Enfin un état corporel insuffisant au tarissement et la présence de lésions non infectieuses du pied dans les semaines précédant la période sèche sont associés à des boiteries chroniques en période de tarissement.

Résumé Publication “Lameness during the dry period: Epidemiology and associated factors.”
Daros R.R., Eriksson H.K., Weary D.M., von Keyserlingk M.A.G.
Journal of Dairy Science. September 2019. 102 : in press.

GP-R-FR-NON-191100042

PARTAGER CE CONTENU :