Exposition des veaux aux principaux agents respiratoires dans 16 élevages laitiers de l’ouest de la France

Auteur : Thibault Jozan, MSD Santé Animale, 7 rue Olivier de serres, 49070 Beaucouzé.

Introduction

Les bronchopneumonies infectieuses des bovins sont d’origine multifactorielle et polyinfectieuse, autrement appelées « complexe respiratoire ». Les virus (VRSB, Pi3, BoCV,
Adénovirus…) interviennent généralement de manière primaire en association avec des
pasteurelles. Les pasteurelles (Pasteurella multocida, Histophilus somni) sont généralement
impliquées de manière secondaire ou mineure à l’exception de Mycoplasma bovis et
Mannheimia haemolytica, classées parmi les agents majeurs de bronchopneumonie du fait de
leur pouvoir pathogène et de diffusion.

Il est important de pouvoir adapter les protocoles de prévention en connaissance du
statut d’exposition des troupeaux vis-à-vis des principaux agents de bronchopneumonies.
Les analyses directes sont intéressantes dans la mesure où elles peuvent être réalisées
directement sur l’animal malade. En revanche les conditions de leur réalisation rendent la
fiabilité de leur interprétation parfois délicate : faux positifs vis-à-vis des agents secondaires
(portage pasteurelles) et risque de faux négatifs vis-à-vis d’agents primaires lorsque moins
de 3 animaux en hyperthermie peuvent être prélevés. Enfin, la réalisation d’analyses devrait
être répétée dans le temps (enzootie).

L’objectif de cette étude terrain réalisée dans 16 troupeaux laitiers de l’Ouest de la France
a été d’évaluer, par sérologie, l’exposition des veaux aux principaux agents majeurs et/ou
primaires de bronchopneumonies.

Matériel et méthode

  • Inclusion de 16 troupeaux laitiers > 100 vaches en lactation par 5 structures vétérinaires des départements 35, 44, 56 et 85. Absence de vaccination vis-à-vis des agents étudiés.
  • Prélèvements (PS1) par le vétérinaire des sérums des 20 dernières génisses nées entre février et avril 2019. Nouvelle série de prélèvements (PS2) sur ces mêmes animaux 2 à 3 mois plus tard (sérums couplés congelés).
  • Analyses des sérums couplés Elisa Mannheimia haemolytica, Mycoplasma bovis, BRSV, Pi3, Adénovirus (BioX K369) et BoCV (BioX 265). Résultats semi-quantitatifs (0, +, ++, +++, ++++, +++++)
  • Description de l’exposition à partir de l’évaluation de la séroconversion (PS2 > titre + ET PS2 ≥ titre PS1) et de la distribution des titres semi-quantitatifs.

Principaux résultats et discussion

Distribution intra-élevage de l’exposition des veaux (% de séroconversion) dans les 16 élevages laitiers :

Tous les élevages ont été exposés à Mannheimia haemolytica et aux virus VRSB Pi3, BoCV et Adénovirus. Dans plus de 50% des élevages, plus d’un veau sur 2 a séroconverti vis-à-vis BoCV et de l’Adénovirus ; plus d’un veau sur 3 vis-à-vis de Mannheimia haemolytica.
Mycoplasma bovis a été mis en évidence dans 6 des 16 élevages dont 2 avec plus de 70% de séroconversion.

Distribution des titres Elisa IgG (0 à +++++) en fonction de l’âge des veaux aux moments de prélèvements (n= 320 veaux – 16 élevages) :

Moins d’un veau sur 2 avaient des titres en anticorps maternels élevés (≥ +++ avant 10 jours d’âge) contre l’ensemble des agents sauf l’adénovirus. Après 3 mois d’âge, les veaux avaient des titres en anticorps plus faibles après 3 mois d’âge vis-à-vis du VRSB et du Pi3 contrairement au BoCV, à l’Adénovirus, Mannheimia haemolytica et Mycoplasma bovis.

Conclusion

Ces résultats indiquent une exposition fréquente des veaux des élevages au BoCV, à l’Adénovirus et à Mannheimia haemolytica. Les virus VRSB et Pi3 circulent également dans tous les élevages de l’étude. L’exposition des veaux à ces virus est en revanche plus hétérogène et plus faible que chez les mères au vu des niveaux élevés d’anticorps maternels spécifiques VRSB et Pi3. Le statut des troupeaux vis-à-vis de Mycoplasma bovis est important puisqu’il n’est pas présent dans tous les élevages.