Actualités scientifiques

Les facteurs de succès du transfert d’immunité colostrale au veau

La plupart des études disponibles se sont concentrées sur l’individu (le veau) pour déterminer les facteurs associés à un bon transfert de l’immunité passive de la vache au veau. Ces facteurs concernent la concentration en IgG du colostrum (parité, race, tarissement, vaccination, délai entre le vêlage et la première traite), la quantité d’IgG et le volume de colostrum distribué lors du premier repas ainsi que l’absorption du colostrum (délai entre la naissance et le premier repas de colostrum, méthode d’administration du colostrum et niveau de contamination bactérienne). Peu de références publiées ont envisagé la stratégie de l’administration du colostrum à l’échelle du troupeau.

L’objectif de cette étude conduite par la Faculté Vétérinaire de Saint-Hyacinthe (Québec) était de quantifier la prévalence d’un transfert satisfaisant de l’immunité passive au niveau du troupeau afin d’identifier les facteurs de gestion de la phase colostrale associés à la qualité du transfert immunitaire.

L’analyse a concerné 59 élevages laitiers (race Holstein), avec la sélection d’au minimum 14 veaux par élevage, dont on évaluait le transfert d’immunité passive (TIP) à l’aide d’un réfractomètre Brix.

La qualité des colostrums était appréciée sur la base des concentrations en IgG (Brix) et de la contamination bactérienne (Petrifilm). Puis, suite aux prélèvements sanguins chez les veaux de 1 à 7 jours, une prévalence des TIP « satisfaisants » était estimée à l’échelle du troupeau (seuil individuel ≥ 8,4 % Brix).

Les critères retenus afin de conclure à un bon transfert d’immunité passive étaient les suivants à l’échelle de l’élevage :

  • prévalence d’un volume de colostrum adéquat distribué au premier repas (≥ 2,5 L),
  • prévalence de la qualité du colostrum (seuil ≥ 24,5% Brix),
  • prévalence d’un délai réduit entre la naissance et le premier repas de colostrum (≤3 h),
  • prévalence de la contamination bactérienne aérobie (≤ 20 000 Unité Formant Colonie / ml),
  • prévalence d’une faible contamination coliforme (≤ 1000 UFC /ml)
  • et prévalence des veaux femelles.

Les principaux résultats sont les suivants :

  • La prévalence de bons TIP à l’échelle du troupeau a varié de 24 à 100 %, avec une médiane à 68 %.
  • Les valeurs médianes des prévalences d’un volume de colostrum adéquat lors du premier repas, d’une bonne qualité de colostrum, d’une durée suffisante à la première buvée, d’une faible contamination bactérienne aérobie, d’une faible contamination coliforme et des femelles étaient respectivement de 71, 42, 41, 64, 88 et 61%.
  • Dans le modèle statistique final, seulement 2 critères, en termes de prévalence, ont été significativement associés à la prévalence d’un bon transfert d’immunité passive à l’échelle du troupeau : le volume de colostrum adéquat distribué au premier repas (≥ 2,5 L), le délai réduit entre la naissance et le premier repas de colostrum (≤3 h).

En conclusion, cette étude a montré, dans les conditions de l’élevage laitier au Québec, que la prévalence d’un volume suffisant (≥ 2,5 L) de colostrum administré à la première buvée de colostrum et la prévalence d’un délai réduit (≤3 h) entre naissance et premier repas du veau étaient des pratiques de gestion du colostrum au niveau du troupeau associées à une prévalence élevée de bons transferts d’immunité passive (TIP) de la vache au veau.

Malgré leur importance à l’échelle individuelle (veau), la prévalence d’une bonne qualité de colostrum et celle d’une faible contamination aérobie ou coliforme n’étaient pas associées significativement à une prévalence élevée de TIP satisfaisant dans le modèle final utilisé dans l’étude.


Résumé Publication “A herd-level study on colostrum management factors associated with the prevalence of adequate transfer of passive immunity in Québec dairy herds.”

Morin MP, Dubuc J, Freycon F, Buczinski S.

Journal of Dairy Science, 2021, 104 : https://doi.org/10.3168/jds.2020-19476.

GP-FR-NON-220200033