skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Impact Des Mammites Cliniques Et Subcliniques Sur La Sensibilité à La Douleur Chez Les Vaches Laitières

Impact des mammites cliniques et subcliniques sur la sensibilité à la douleur chez les vaches laitières

Résumé Article “Impact of subclinical and clinical mastitis on sensitivity to pain of dairy cows.” Peters M.D.P., Silveira I.D.B., Fischer V. Animal, 2015, (9) : 2024-2028.

L’objectif de cette étude menée Brésil était de décrire un éventuel abaissement du seuil de tolérance à un stimulus nociceptif (ici thermique) au niveau des membres arrière sur des vaches atteintes de mammites cliniques ou subcliniques.

Dans ce but, les auteurs ont sélectionné 90 vaches laitières jersiaises et un diagnostic de leur santé mammaire a été réalisé. Les vaches étaient alors considérées :

  • saines au niveau mammaire si CMT négatif, CCS<200 000 cell/mL et absence de signes cliniques
  • atteintes de mammites cliniques (signes d’inflammation mammaire et atteinte éventuelle de l’état général)
  • ou atteintes de mammites subcliniques légères (CCS> 200 000 cell/mL sans altération du lait)
  • ou atteintes de mammites subcliniques modérées (CCS > 500 000 cell/mL sans altération du lait)

 

Le seuil de douleur a été investigué à l’aide d’un algésimètre basé sur un stimulus nociceptif thermique. Une plus grande sensibilité à la douleur a alors été recherchée sur les membres arrière en comparant vaches saines et mammiteuses et aussi entre membres ipsilatéral et controlatéral au quartier atteint lors de mammite.

Il en ressort les résultats principaux suivants :

  • Sur les 90 vaches suivies, 32 ont été jugées saines, 20 étaient en mammite subclinique légère, 31 en modérée et 7 en mammite clinique.
  • Les seuils de sensibilité thermique sont décrits ci-dessous :

seuil-sensibilite-thermique

  • Ainsi, le seuil était significativement abaissé lors de mammite clinique et subclinique modérée (tendance seulement pour les mammites subcliniques légères). De même le seuil était significativement abaissé sur le membre ipsilatéral en comparaison au membre opposé au côté du quartier atteint. Plus les CCS étaient élevées plus le seuil s’abaissait (relation toutefois non linéaire).
  • Les résultats confirment ainsi la composante douloureuse des mammites y compris subcliniques en lien probablement avec l’inflammation chronique et la mise en place de phénomène d’hyperalgésie voire d’allodynie.

 

En conclusion, il ressort, dans les conditions de cette étude, que les vaches présentant une mammite clinique ou une mammite subclinique modérée avaient un abaissement du seuil à la douleur, et ce de manière significative. L’intérêt de la prise en charge de la douleur lors de mammites, notamment subcliniques semble ainsi renforcé si besoin était, au-delà de la simple prise en charge anti-infectieuse.

GP FR/ORUM/1017/0097

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top