skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Quel Est L’impact D’une Surdensité Sur La Production Laitière, La Qualité Du Lait Et Le Comportement Des Vaches Laitières ?

Quel est l’impact d’une surdensité sur la production laitière, la qualité du lait et le comportement des vaches laitières ?

L’objectif de cette revue écrite par des chercheurs américains était de faire l’état des lieux sur les conséquences d’une augmentation de la densité animale, particulièrement en cas de surdensité animale.

En effet, des travaux ont montré qu’une heure de couchage en plus pouvait être associée à une production laitière supérieure de l’ordre de 1,7 kg/jour.

Rappel du «  budget temps » d’une vache laitière au cours d’une journée :
– 4-5 heures consacrées à manger
– 12-14h de couchage/repos
– 2-3h d’interactions sociales
– 7-10h de rumination
– 30 minutes de buvée

Effet d’une surdensité

Réduction du temps de couchage, pas toujours linéaire, mais qui commence à devenir marquée, le plus souvent au-delà de 120% de densité « optimale » (par exemple 2h de moins de couchage lorsque la densité est de 150%).
Réduction du temps alloué au repos, et en conséquence compétition entre le temps passé à attendre une place en logettes et le temps consacré à s’alimenter.
– Un temps plus grand passé debout est néfaste pour le stress (cortisol), pour la survenue de boiteries et impacte négativement le développement du fœtus (en lien avec un moindre apport sanguin dans l’utérus, par rapport à une situation où la vache est couchée).
– Une réduction du temps alloué à l’alimentation et une augmentation des comportements agressifs.
– Les effets sur la rumination et la production laitière varient selon les études (effets divergents) et mériteraient d’être étudiés plus en détail, bien que les tendances vont dans le sens d’une baisse de la rumination, d’une élévation des concentrations en cellules somatiques lors de surdensité, d’une baisse du taux butyreux et de la production laitière.
– Afin d’estimer au mieux la densité, on peut mesurer le CCI (Cow Comfort Index = nombre de vaches couchées (dans les logettes par exemple) / nombre de places disponibles) ou le SUI (Stall Use Index = nombre de vaches couchées / nombre de vaches éligibles (dans la stalle considérée), une vache étant considérée éligible dès qu’elle n’est pas activement en train de s’alimenter à l’auge. Ces mesures doivent être pratiquées lorsque les vaches sont les plus motivées à se coucher.

En conclusion, il ressort de cette revue que les principaux effets d’une surdensité sont :
– une réduction du temps de couchage
– une augmentation du temps passé debout, notamment dans les couloirs
– une modification du comportement alimentaire
– une augmentation de la compétition à l’auge avec ces comportements agressifs
– une baisse de l’indice de confort.
Pour maximiser le confort des animaux, le bâtiment devrait au final pouvoir assurer un temps de couchage de l’ordre de 10 à 14h, permettre toutes les positions de couchage et permettre à la vache d’allouer 5 heures de son temps à l’alimentation.

Référence:
Résumé Article “Effects of cow comfort on milk quality, productivity and behavior.”
Krawczel P., Grant R., Miner W.H.
NMC Annual meeting proceeding (2009).

PARTAGER CE CONTENU :
Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top