Marchés des ingrédients laitiers : de plus en plus déprimés

La nette reprise de la collecte européenne depuis avril se fait déjà ressentir sur les marchés des ingrédients laitiers à l’aube du second semestre 2015. Depuis mai, le prix de la poudre de lait ne cesse de se déprécier. Les disponibilités en protéines excèdent de nouveau la demande internationale.

Le cours de la poudre maigre se rapproche à petits pas du prix de déclenchement de l’intervention.  A 1 720 €/t début juillet, la cotation ATLA a encore cédé 80 €/t en 5 semaines et 630 euros en quatre mois. Elle est désormais 40% sous son niveau de 2014 à pareille époque. Dans certains pays européens, le prix de la poudre maigre est déjà passé sous le prix d’intervention (1 698 €/t). Si la dégradation des cours se poursuit, la Commission européenne devra activer le dispositif de retrait public (achats et stockage publics). Une telle perspective est à craindre d’ici septembre avec la reprise de la production néo-zélandaise.

Le marché du beurre est plus ferme. En France, La cotation ATLA est stationnaire à 3 000 €/t depuis début juin sur le marché spot, après avoir chuté de mars à mai. Sur le marché mondial, départ Europe de l’Ouest, il s’est stabilisé à 3 125 $/t (2 800 €). En Océanie, il s’est sensiblement apprécié à 3 000 $/t fin juin. Et aux Etats-Unis, il est mieux orienté sous l’effet d’une demande intérieure toujours forte.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser