skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Marchés Mondiaux Des Produits Laitiers : Sous Le Flot De L’Europe Du Nord

Marchés mondiaux des produits laitiers : Sous le flot de l’Europe du Nord

2015 a confirmé le formidable potentiel laitier de l’Union européenne. Depuis avril 2015, une vague de lait déferle d’Europe du Nord, insensible à la chute du prix du lait. Désormais hors de contrôle, le dynamisme laitier européen a pesé sur l’équilibre des marchés mondiaux des produits laitiers, même si les autres grands bassins laitiers excédentaires (Argentine, États-Unis, Océanie) ont à l’inverse plutôt levé le pied. La croissance de la production a été contrainte aux États-Unis par les conditions climatiques défavorables dans l’Ouest. Elle a été stoppée net en Océanie, où les éleveurs ont réagi, notamment en Nouvelle-Zélande, à de fortes chutes du prix du lait. En somme, la production laitière des cinq premiers exportateurs, qui approvisionnent 80% du marché mondial, a progressé modérément, mais encore trop rapidement.

Car la demande internationale est restée peu vigoureuse, malgré la faiblesse des cours. La Chine, toujours le 1er importateur mondial, a réduit ses importations d’ingrédients secs pour cause de disponibilités intérieures abondantes (stocks conséquents accumulés en 2014 et reprise de la production intérieure). La Russie a prolongé l’embargo sur les produits laitiers européens et étatsuniens qui crée une situation de pénurie à peine atténuée par le dynamisme des expéditions biélorusses. De plus, la chute des cours de l’énergie se répercute sur la demande russe, comme sur celles d’autres grands pays importateurs (Algérie, Venezuela…).

Malgré les achats croissants de nombreux pays émergents d’Asie de l’Est et du Sud-Est, les échanges internationaux n’ont que faiblement progressé, insuffisamment pour absorber tous les ingrédients supplémentaires fabriqués en Europe et secondairement en Océanie. Les stocks de produits de report (poudre maigre et dans une moindre mesure beurre) ont continué de gonfler en premier lieu en Europe, même si la dépréciation de l’euro a favorisé les exportations.

Pour en savoir plus :
http://idele.fr/no_cache/recherche/publication/idelesolr/recommends/marches-mondiaux-des-produits-laitiers-en-2015-dossier-economie-n-469.html

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top