Tassement du marché des produits laitiers

Malgré une collecte européenne et des fabrications ralenties, le marché des protéines laitières demeure fragile, faute de nette reprise de la demande internationale. Malgré la mise à l’écart de 350 000 t de poudre maigre via l’intervention, le reflux de la collecte européenne n’a pas provoqué de tension sur le marché. Depuis mi-décembre, la cotation ATLA a même de nouveau cédé 300 €/t, revenant à 1 900 €/t début mars, 40% sous son très bon niveau de février 2014. La montagne de stock risque de peser davantage sur les cours dans les prochains mois avec la reprise de la production laitière européenne.

En parallèle, le marché du beurre se détend quelque peu après avoir atteint des sommets fin 2016. Le prix moyen des facturations de beurre s’est stabilisé début 2017 mais la cotations française ATLA sur le marché spot a cédé près de 400 € en trois mois et le prix du beurre exporté sur le marché mondial au départ d’Europe de l’Ouest a lui aussi reculé de 170 €/t en deux mois, à 4 150 €/t en février. Cette détente révèle un possible tassement de la demande, certains acheteurs ne pouvant suivre à de tels prix, et une petite reprise saisonnière des fabrications européennes qui sont cependant très inférieures à celles de l’an passé.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser