Actualités scientifiques

Recommandations pour la conception des logettes dans les bâtiments de vaches laitières

Des logettes mal adaptées aux bovins laitiers peuvent entraîner une augmentation des altérations de la peau, des boiteries et de la saleté. La Commission internationale d’ingénierie agricole et des biosystèmes (International Commission of Agricultural and Biosystems Engineering = CIGR) a produit plusieurs recommandations pour la conception des logettes, mais une étude précédente a montré que toutes ne semblent pas efficaces, notamment par rapport aux évolutions en termes de bien-être animal : le respect des recommandations pour la largeur de la logette était associé à moins de lésions cutanées sur le tarse et moins de boiteries, alors que le respect des recommandations de longueur de la logette était associé à des lésions cutanées sur le carpe.

logettes vaches laitières

Le but de cette étude conduite par des équipes française (INRAE) et allemande était de modéliser l’association entre les combinaisons de propriétés des logettes (par exemple, le type de litière) et les dimensions (par exemple, la largeur de la logette) par rapport à la taille des vaches, et la prévalence des altérations de la peau des vaches, des boiteries et de la saleté. Les auteurs souhaitaient affiner et compléter les recommandations précédemment évoquées. La publication se base sur des données recueillies dans 76 exploitations laitières (et 2.404 vaches). Des modèles de régression logistique multivariables pondérés ont été utilisés pour prédire la présence d’altérations de la peau sur le carpe, le cou, les épaules et le dos, le flanc, le côté et le pis, et le tarse ou l’arrière-train. Ont été également évaluées la présence de boiterie, ainsi que la saleté de la partie inférieure des membres postérieurs, y compris les jarrets, de l’arrière-train, de la partie supérieure des membres postérieurs et du flanc, de la partie postérieure de la vache, y compris la queue, et du pis.

Les facteurs de risque mis en évidence ont amené les auteurs à recommander :

  1. de positionner les logettes de manière à laisser plus d’un mètre de dégagement par rapport à tout obstacle situé devant la logette,
  2. s’il y a un obstacle sur le plan latéral (c’est-à-dire là où se trouve la séparation de la logette) devant la vache, de placer l’obstacle devant les genoux des antérieurs,
  3. s’il y a un obstacle devant la vache dans le plan médian (par exemple, la barre de cou), de placer l’obstacle à entre 1,25 et 1,5 fois la longueur de la vache à partir du muret et à une hauteur d’entre 1,0 et 1,25 fois sa taille,
  4. d’utiliser une hauteur de muret comprise entre 0,11 et 0,15 fois celle de la vache sans bords tranchants sur le muret,
  5. d’utiliser une bordure d’arrêt arrondie ou du moins sans bords tranchants,
  6. d’utiliser un sol sans pierre au lieu de béton ou d’utiliser un revêtement de plus de 1 cm d’épaisseur, avec des microreliefs, et une zone de fixation douce au muret,
  7. de mettre de la paille (plutôt que rien ou de la sciure) comme litière et de la garder sèche. 

Cette analyse des facteurs de risque devrait être suivie d’expériences en milieu contrôlé pour valider davantage ces conclusions et servir à mettre à jour les recommandations de la Commission internationale d’ingénierie agricole et des biosystèmes.


En conclusion, cette étude a confirmé des recommandations internationales (CIGR) sur la largeur de la logette (≥ 0,83 fois la hauteur de la vache) et a proposé d’ajouter la recommandation supplémentaire pour la largeur de logette (≥ 2,5 fois la largeur d’épaule de la vache). La publication a aussi validé la recommandation sur la hauteur de muret de 0,11 à 0,15 fois la hauteur de la vache (16–22 cm pour une vache moyenne) et suggéré d’ajouter la recommandation de ne pas avoir de bords tranchants. En plus, l’étude a établi que la base de la logette doit fournir une surface confortable, propre et sèche en utilisant un sol non bétonné ou une litière appropriée (paille).

Résumé Publication “Refinement of international recommendations for cubicles, based on the identification of associations between cubicle characteristics and dairy cow welfare measures.”
Lardy R, de Boyer des Roches A, Capdeville J, Bastien R, Mounier L, Veissier I.
Journal of Dairy Science, 2020, 104 : 17972.

GP-FR-NON-210800005