Au cœur de la viande

Repli de la production en 2021

Dans ses prévisions pour 2021, l’IDELE anticipe une baisse de la production de viande bovine en France de l’ordre de 1 % en lien avec la réduction des cheptels laitier et allaitant amorcée depuis quelques années. La décapitalisation du cheptel de vaches allaitantes, entamée en 2017, devrait donc se poursuivre en 2021. La baisse du nombre de génisses de renouvellement conduirait néanmoins à un ralentissement des réformes allaitantes (-0,5%). Les génisses de boucherie devraient aussi être un peu moins nombreuses (-0,8%), mais leur poids moyen continuera d’augmenter en réponse au développement attendu du Label Rouge.

Les naissances de veaux allaitants sont attendues en légère baisse au 1er semestre 2021 compte tenu de l’érosion du cheptel de mères. Les mises en place en France en atelier d’engraissement pourraient reculer légèrement en raison de cette érosion des disponibilités et du prix élevé des céréales qui pourrait notamment inciter certains engraisseurs à privilégier la vente de leurs récoltes à l’engraissement de jeunes bovins. La quantité de broutards disponibles pour l’export serait donc stable pour 2021 ce qui devrait permettre de répondre à la demande italienne qui resterait bien présente. La demande espagnole dépendra de l’adaptation aux nouvelles contraintes de vaccination FCO et de la rentabilité de l’engraissement local face à une consommation intérieure essentiellement orientée vers la RHD. La demande des pays tiers est plus difficile à prévoir, en fonction de critères sanitaires, géopolitiques et économiques

Du côté du cheptel laitier, l’IDELE prévoit également une baisse des effectifs de vaches laitières faute d’incitations à produire davantage de lait. Comme dans le cheptel allaitant, les génisses de renouvellement prêtes à entrer en production en 2020 sont peu nombreuses. Les réformes de vaches laitières devraient donc reculer (-1,7% /2020).

Les abattages de veaux de boucherie devraient de leur côté baisser de 1%.

Enfin l’IDELE table sur une légère hausse de la consommation de viande bovine en France cette année, +0,3%. Toutes ces prévisions restent bien entendu dépendantes des conditions sanitaires et notamment de la réouverture de la restauration commerciale.

Pour en savoir plus

GP-R- FR-NON-210100084