skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Réponse en prolactine et production laitière suite à une infection expérimentale par des staphylocoques coagulase négative chez les primipares

Les staphylocoques coagulase négative (SCN) sont les germes les plus prévalents lors de mammites subcliniques chez les primipares. Un élément surprenant est le fait que plusieurs études ont conclu à une production laitière supérieure chez les primipares ayant une infection intramammaire causée par des SCN par rapport aux primipares non infectées, sans que le mécanisme sous-jacent n’ait été clairement mis en évidence. La prolactine laitière intervenant dans l’immunité de la glande mammaire, une équipe de chercheurs belges a voulu étudier l’effet d’une infection expérimentale de quartiers de glande mammaire de primipares, par différents staphylocoques coagulase négative (SCN), sur la réponse en prolactine laitière et la production laitière de ces quartiers. L’hypothèse de ces chercheurs était que la prolactine laitière pourrait, en tant qu’hormone galactopoïétique, augmenter la production laitière, après infection mammaire par des SCN.

Dans ce but, les auteurs ont sélectionné 8 primipares Frisonnes-Holstein, saines sur le plan mammaire, en milieu de lactation et ont conduit une infection expérimentale, avec 3 souches différentes de SCN : une de Staphylococcus fleuretti (en provenance du sable de la litière des vaches) et 2 de S. chromogenes (la première isolée de l’apex d’un trayon, la seconde provenant d’un isolat réalisé sur une infection mammaire chronique). Trois quartiers par primipare étaient simultanément inoculés avec 1,0 x 106 UFC alors que le 4ème quartier recevait une infusion stérile de sérum physiologique. Des dosages immuno-radiologiques ont été réalisés pour déterminer les niveaux de prolactine dans des échantillons de lait congelé, prélevés jusqu’à 78 heures post-challenge.

Il en ressort principalement les résultats suivants :

  • Les analyses immuno-radiologiques réalisées pour déterminer les niveaux de prolactine dans des échantillons de lait congelé ont montré qu’elles étaient reproductibles, précises et spécifiques.
  • La concentration moyenne de prolactine a tendu à être plus élevée dans les quartiers inoculés avec des SCN par rapport à celle des quartiers témoin (7,56 et 6,85 ng/mL respectivement).
  • L’augmentation de concentration de prolactine sur la période de suivi a été significativement supérieure dans les quartiers infectés par des SCN.
  • La moyenne de production a eu tendance à être plus faible dans les quartiers infectés par les SCN et les pertes de lait les plus élevées ont concerné les quartiers infectés par S. chromogenes.

En conclusion

Il ressort dans les conditions de cette étude, que la production de prolactine augmente chez les primipares soumises à une infection expérimentale par des SCN. Le mécanisme sous-tendant cette augmentation de prolactine reste à déterminer. De nouvelles études sont nécessaires pour comprendre les relations entre prolactine, production laitière, réponse inflammatoire et statut infectieux de la mamelle.

Référence:

Résumé Article “Milk prolactin response and quarter milk yield after experimental infection with coagulase-negative staphylococci in dairy heifers”

Piccart K., Piepers S., Verbeke J., de Sousa N.M., Beckers J.F.,De Vliegher S.

Journal of Dairy Science, 2015, (98): 4593-4600.

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top