Actualités scientifiques

Facteurs de risque et de succès pour la santé mammaire des vaches primipares

Les conséquences à long terme des mammites sur la production laitière et la longévité peuvent être particulièrement négatives si les vaches primipares sont affectées en début de lactation.

Parce que ces jeunes vaches constituent souvent une partie importante du troupeau (par exemple, environ 36% des vaches laitières dans le contexte de l’élevage suédois), les mammites ont potentiellement un impact substantiel sur l’économie du troupeau. Plusieurs facteurs de risque des infections intramammaires et mammites chez les primipares en début de lactation ont été identifiées dans des études antérieures, avec des causes liées à :

  • l’alimentation,
  • au logement
  • et à la traite.

Cette publication suédoise compare la conduite d’élevage et le logement des génisses laitières du veau jusqu’au vêlage dans des troupeaux performants par rapport à des élevages à moindre maitrise dans la prévention des mammites des vaches primipares en début de lactation.

Cette étude observationnelle rétrospective a concerné 170 élevages laitiers suédois (taille d’au moins 60 vaches dont un minimum de 10 primipares), sur 3 années consécutives. L’enregistrement des paramètres liés à la qualité du lait s’est déroulé sur 2 périodes : de 5 à 35 jours après vêlage, de 20 à 40 jours après le premier enregistrement. Puis les vaches ont été réparties en 3 catégories en fonction de la concentration en cellules somatiques du lait (CCS) aux 2 périodes de prélèvements avec les seuils suivants : ≤ 75.000 cellules/ml (bas = L), > 100.000 cellules/ml (élevé = H) ; soit, pour chaque année de l’étude, les groupes LL, HL et HH.

De nombreux paramètres d’élevage et de santé ont été enregistrés afin de déterminer des facteurs de risque et de succès à impact significatif pour la santé de la mamelle.

 

Les principaux résultats sont les suivants :

  • Dans l’analyse statistique finale « multivariables », 4 paramètres sont restés significatifs avec des différences entre les catégories :
    • Un facteur significatif (de succès) séparant les élevages LL et HL (CCS bas) par rapport à l’autre groupe (HH) a été l’existence d’une procédure standardisée de distribution du colostrum au veau après vêlage.
    • La CCS moyenne du lait de tank et le taux de réforme global ont été significativement plus élevés dans le groupe HH (CCS élevé).
    • La traite automatique était moins fréquente dans le groupe à CCS bas pour les 2 périodes (LL).

  • En ce qui concerne les analyses initiales centrées sur chaque variable, d’autres facteurs plus favorables à la santé mammaire des primipares, différents entre les catégories, ont été également observés comme :
    • Avec une corrélation négative (facteurs défavorables) : l’âge au vêlage, la production laitière du troupeau, la fréquence de tétée parmi les primipares en début de gestation, la non-séparation des primipares des autres vaches avant vêlage, le temps de présence dans les boxes de vêlage, la traite des primipares dans le box de vêlage en période colostrale.
    • Avec une corrélation positive (facteurs favorables) : une procédure standardisée d’alimentation des primipares en début et fin de gestation, un contrôle des insectes (désinsectisation) au niveau des génisses en fin de gestation, la désinfection des tétines avant vêlage.

En conclusion, lors de cette étude réalisée sur 170 élevages laitiers suédois, les facteurs significatifs permettant le maintien d’un bon état de santé mammaire des vaches laitières primipares en début de lactation ont été :

  • une procédure standardisée de distribution du colostrum au veau après naissance,
  • une CCS moyenne basse au niveau du lait de tank,
  • un faible taux de réforme au niveau du troupeau et un système de traite non automatisé.

Résumé Publication “Risk and success factors for good udder health of early lactation primiparous dairy cows.”

Persson Waller K, Lundberg A, Nyman AK

Journal of Dairy Science, 2021, 104 : https://doi.org/10.3168/jds.2020-19683.

GP-FR-NON-220200033