skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Streptococcus Uberis : Origine Environnementale Et Mammites Cliniques

Streptococcus uberis : origine environnementale et mammites cliniques

Streptococcus uberis (S. uberis) est le pathogène d’origine environnementale le plus fréquemment rencontré et le plus difficile à contrôler en élevage laitier. Cette bactérie se propage à la fois entre vaches (nature contagieuse) et dans leur environnement : elle entraîne des cas cliniques de mammites, aiguës ou chroniques, modérées à sévères.

Relations entre mammites cliniques et environnement

L’objectif de cette étude allemande est d’étudier et de comparer pour la première fois les isolats de S. uberis issus de mammites cliniques et ceux prélevés dans l’environnement de l’élevage. Une meilleure compréhension des sources de cette bactérie pathogène dans l’environnement peut aider à mettre en évidence son mode de transmission et ainsi trouver la stratégie appropriée de contrôle des mammites à S. uberis.

Le principe était de prélever en élevage :

  • d’une part des échantillons de lait (premiers jets) issus de quartiers infectés par uberis (cas de mammites cliniques),
  • d’autre part des écouvillons dans des sites de l’élevage les plus susceptibles d’héberger la bactérie : surface intérieure de la ligne de traite, abreuvoirs (bâtiment et pâture), aire de sortie de la salle de traite, litière de l’aire de couchage (bâtiment), couloir de passage vers la pâture, aire de couchage en pâture (sol ou végétation), aire d’attente en face de la salle de traite.

Les souches de S. uberis étaient identifiées en bactériologie, confirmées par PCR et soumises à l’électrophorèse en champs pulsés (PFGE) pour comparer les souches issues de lait de mammites et celles provenant de l’environnement de l’élevage.

Résultats de l’étude

Les résultats de cette étude sont les suivants :

  • 15 élevages laitiers du Nord de l’Allemagne ont été finalement retenus sur une période allant de juin 2014 à décembre 2015.
  • Un total de 237 isolats de uberis ont été analysés.
  • Les souches de uberis ont montré une très forte variabilité entre les élevages : aucun isolat commun n’a été trouvé sur les 15 élevages.
  • Une identité parfaite a été constatée entre souches de cas de mammites et souches isolées dans l’environnement, en fonction des élevages, essentiellement sur les localisations suivantes : couloir de passage vers la pâture, aire d’attente de la salle de traite (lieu où a été retrouvée la plus forte concentration en bactéries), abreuvoirs (bâtiment) et lignes de traite. C’est donc sur ces sites au sein de l’élevage que les mesures d’hygiène doivent être priorisées.
  • Comme la concordance entre les souches d’origine « mammites » et les souches environnementales peut varier entre les élevages dans leur localisation (sites de prélèvements environnementaux), les modes de transmission de la bactérie sont donc spécifiques à chaque élevage.

Conclusion

Cette étude de terrain focalisée sur la bactérie pathogène Streptococcus uberis a montré qu’à la fois les souches environnementales et les souches issues de mammites cliniques peuvent être transmises à différents endroits de l’élevage. Les modes de transmission de S. uberis incluent des sources environnementales dans un profil considéré classiquement comme « contagieux » (contamination entre vaches). Une stratégie de contrôle de ce streptocoque doit être raisonnée à l’échelle individuelle de chaque élevage.

 

Résumé Publication “Associations between Streptococcus uberis strains from the animal environment and clinical bovine mastitis cases.”

Wente N., Klocke D., Paduch J.H., Zhang Y., tho-Seeth M., Zoche-Golob V., Reinecke F., Mohr E., Krömker V.

Journal of Dairy Science. August 2019. 102 : available on line, in press.

 

AD-R-FR-NON-191000006

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top