skip to Main Content
picto-lait

AU CŒUR DU LAIT

Au-delà des solutions apportées par ses médicaments, MSD Santé Animale accompagne la filière lait dans les domaines techniques, de la médecine collective et du développement de nouveaux services. Ce partenariat se concrétise avec Au Cœur Du Lait par la mise à disposition et le partage d’une revue régulière des actualités économiques et techniques.

Caractéristiques Des Tests ELISA De Détection Du Milk Amyloïd A, Des Concentrations En Cellules Somatiques (CCS) Et De La Bactériologie Pour La Détection D’agents Pathogènes Responsables De Mammites Subcliniques?

Caractéristiques des tests ELISA de détection du milk amyloïd A, des concentrations en cellules somatiques (CCS) et de la bactériologie pour la détection d’agents pathogènes responsables de mammites subcliniques?

L’objectif de cette étude menée en Suisse était de comparer les performances de 3 méthodes distinctes pour la détection des agents responsables d’infections intra-mammaires subcliniques: ELISA lait milk amyloid A, les concentrations en cellules somatiques (CS) et la culture bactériologique.

Dans ce but, les auteurs ont, au sein d’une clientèle, prélevé de façon aseptique du lait composite sur 43 animaux sans signe de mammite clinique. Les 3 tests ont été pratiqués sur ces échantillons. Des statistiques bayésiennes ont permis de calculer et comparer les performances des 3 tests. Les analyses ont été menées en considérant dans un premier temps les performances pour distinguer les pathogènes considérés majeurs (PM : S. aureus, E. coli, streptocoques et entérocoques) et dans un deuxième temps tous les pathogènes (en rajoutant Corynebacterium bovis, les SCN, Bacillus spp et Streptomyces spp).

Il en ressort les principaux résultats suivants :

  • Sur les 433 échantillons, 275 (63,5%) contenaient au moins un pathogène, dont 56 un pathogène majeur ; pour les 158 échantillons restants (36,5%), aucun pathogène n’a été mis en évidence.
  • Les seuils de 3,9 μg/mL et de 1,6 μg/mL pour l’ELISA milk amyloïd A ont été définis comme les meilleurs pour distinguer respectivement les mammites subcliniques liées à des pathoènes majeurs ou tout pathogène.
  • Dans le cas des CCS, le seuil de 150 000 cellules/mL était le plus adapté pour la détection des mammites subcliniques, conduisant à une meilleure spécificité que le seuil de 100 000.
  • La sensibilité (Se) et la spécificité (Sp) retrouvées pour les tests étaient, pour les pathogènes majeurs ou tout pathogène, respectivement de :
    • ELISA Milk Amyloid A (seuils ci-dessous): / PM Se 81.4% et Sp 93.4% ; / tout pathogène Se 88% et Sp 65.2%
    • CCS (seuil de 150 000) : / PM Se 92.6% et Sp 72.9% ; / tout pathogène Se 90,3% et Sp 71.8%
    • Culture bactériologique : / PM Se 23.8% et Sp 95.2% ; / tout pathogène Se 83.8% et Sp 54.8%

En conclusion

Compte-tenu des résultats, les auteurs proposent de fonctionner en 3 étapes pour la détection des mammites subcliniques causées par des pathogènes majeurs :

  • Sélectionner les vaches à plus de 100 000 cell/mL (Se 97%)
  • Puis confirmer les vaches > 100 000 cell/mL avec le test MAA (Sp 97%)
  • Enfin faire une bactériologie sur les vaches >100 000 cell/mL et MMA > 3.9 μg/mL pour choisir l’antibiotique le plus approprié en se basant sur le résultat de la bactériologie.

Cette étude, en révisant les seuils notamment de la MAA ouvrent des perspectives de combinaison de tests intéressantes.

Résumé Article “Test characteristics of milk amyloid A ELISA, somatic cell count, and bacteriological culture for detection of intramamamry pathogens that cause subclinical mastitis”
Jaeger S., Virchow F., Torgerson P.R., Bischoff M., Biner B., Hartnack S., Riegg S.R.
Journal of Dairy Science, 2017, (100) : 7419-7426

GP FR/ORUM/0718/0048

PARTAGER CE CONTENU :
Back To Top