Actualités scientifiques

Virus et cryptosporidies : impact sur santé et performances des veaux laitiers mâles

Les diarrhées néonatales constituent une pathologie courante et majeure du veau laitier. Elles conduisent souvent à un accroissement de la mortalité, un retard de croissance et, chez les femelles, à un effet défavorable sur l’âge au premier vêlage et sur la production laitière. Le rotavirus bovin (BRoV, groupes A et B selon le déterminant antigénique de la protéine interne de la capside VP6), le coronavirus bovin (BCoV) et les cryptosporidies (Cryptosporidium parvum) sont reconnus comme agents pathogènes majeurs dans l’étiologie de ces diarrhées : les risques d’infection par voie orofécale sont élevés durant le premier mois de vie du veau laitier.

veau_laitier

Le but de cette étude longitudinale réalisée à l’Université de Guelph (Canada) était d’investiguer l’impact de ces 3 catégories d’agents pathogènes sur la santé et les performances de veaux laitiers mâles, ainsi que leur prévalence en élevage. Ont été inclus dans le suivi, entre juin et octobre 2018, 198 veaux laitiers mâles provenant de différentes fermes laitières (3 à 7 jours d’âge) puis élevés dans la même structure d’élevage : en cases individuelles jusqu’au sevrage (56 jours de présence) puis en groupes de 5 jusque 77 jours avant transfert en unité d’engraissement.

Un suivi des diarrhées s’est déroulé d’une part via la notation de la consistance des fèces (28 premiers jours de présence), d’autre part par analyse de prélèvements de fèces à l’arrivée, à 7 et 14 jours de présence pour recherche des pathogènes évoqués (BRoV, BCoV, C. parvum). Enfin, les veaux étaient pesés à l’arrivée puis 14, 49, 56 et 77 jours après. Les veaux n’étaient pas vaccinés et ne recevaient aucun traitement métaphylactique à leur arrivée ; en cas de pathologie déclarée, une thérapeutique individuelle était envisagée (antibiotiques, AINS, fluidothérapie).

 

Les résultats de l’étude portant sur l’impact sur santé et performances des veaux laitiers mâles

  • Sur la base des 3 dates de prélèvement fécal, au moins une analyse positive a été observée sur respectivement 85, 94, 2 et 57 % des veaux pour BCoV, BRoV A, BRoV B, C. parvum.
  • La positivité vis-à-vis de ces agents pathogènes était corrélée à l’origine des veaux et à la teneur du sérum en protéines totales.
  • Les veaux positifs vis-à-vis de C. parvum avaient une proportion accrue de jours avec diarrhée en général et avec diarrhée sévère. Ils avaient également un risque ultérieur d’être traités pour pathologie respiratoire. Enfin leur poids était diminué à 49, 56 et 77 jours.
  • Les veaux positifs au rotavirus bovin et au coronavirus bovin avaient un nombre augmenté de jours avec diarrhée sévère. La croissance était également diminuée suite à positivité au BCoV (à 56 et 77 jours de présence).
  • Sur la période d’étude, les veaux à diarrhée ont eu un retard de croissance pouvant représenter jusqu’à 15 kg de poids vif, en comparaison des veaux sains.
  • La mortalité des veaux s’est élevée à 30 % avec un délai moyen après arrivée dans l’élevage de 30,5 jours. Elle s’est répartie au niveau des causes entre les infections respiratoires (60 %) et la déshydratation en relation avec les diarrhées (40 %).

La prévalence du rotavirus bovin (groupes A et B), du coronavirus bovin et des cryptosporidies est importante chez les veaux laitiers mâles élevés dès le plus jeune âge dans des unités d’engraissement. Les conséquences des infections par ces agents pathogènes majeurs sont une plus forte incidence des diarrhées puis des infections respiratoires, ainsi qu’une diminution du gain pondéral.

Résumé Publication “The effect of Cryptosporidium parvum, rotavirus, and coronavirus

infection on the health and performance of male dairy calves.”

Renaud DL, Rot C, Marshall J, Steele MA.

Journal of Dairy Science, 2021, 104: 19215, https://doi.org/10.3168/jds.2020-19215

GP-FR-NON-210400008